Si proche des bébés…

Il y a des présences qui vous impressionnent par leur charisme et d’autres par la douceur de leur discrétion et leur grande capacité d’écoute. Isabelle Stélandre fait partie de ces femmes que l’on aime rencontrer tant leur simple présence fait du bien. Elle nous parle dans cet interview que j’ai réalisé pour vous, de son parcours de soignante auprès des bébés. Elle nous livre même un secret pour dialoguer avec votre bébé (et l’endormir simplement!).

SSA : Pourrais-tu te présenter en quelques mots?

Isabelle Stelandre, une praticienne proche des bébés

Isabelle Stelandre, une praticienne proche des bébés

IS : 60 ans, un parcours professionnel atypique, débuté par le tissage artisanal, puis l’animation, quelques années de travail auprès d’enfants en difficultés sociales… puis des études de kiné suivies d’une formation en ostéopathie, suivie elle-même d’une formation en fasciathérapie débutée en 1992.

Installée en libéral depuis 1989, mes rencontres m’ont amenée à soigner beaucoup de bébés et à me spécialiser dans ce domaine. J’ai suivie différentes formations avec Martine De Nardi et un DU de gymnastique sensorielle périnatale.

J’ai eu la chance de travailler 22 années en Italie en collaboration avec le centre « nascere meglio » (Naître mieux)…

Auteure, j’ai écrit Plaidoyer pour le bien-être des bébés : une thérapie manuelle du reflux aux éditions Robert Jauze en 2006, réedité en 2012. Je suis désormais formatrice à TMG concept, le centre de formation en fasciathérapie de référence, pour les modules de pédiatrie.

Ma préoccupation principale est le bien être des bébés…

SSA : Tu as en effet un parcours passionnant de passionnée. De l’ostéopathie à la fasciathérapie, est-ce le travail avec les bébés qui t’as poussé à t’orienter vers cette approche? Qu’est-ce que tu y as trouvé de plus?

IS :Mon cheminement entre les différentes techniques n’a pas été motivé par le travail avec les bébés… mon chemin a été tracé par mes rencontres… d’une part avec les différentes techniques et approches qui m’ont fait faire un « fondu enchaîné » : kiné, ostéo, fascia… Et d’autres part avec les bébés qui se sont toujours trouvés sur mon chemin… C’était incontournable!

Avec les bébés j’ai commencé avec l’ostéopathie puis la fascia m’a apporté une approche plus globale et l’utilisation du mouvement, du geste. J’ai travaillé beaucoup moins sur la table, beaucoup plus en « corps à corps ». Le dialogue tonique et le psycho-tonus ont apporté une vraie spécificité…

SSA : Le travail en « corps à corps » m’interpelle, nous avons tous l’image du praticien posant ses mains sur l’enfant, pas contre lui. Qu’est-ce qui fait l’intérêt d’une telle posture? Est-ce en lien avec ce que tu nommes le dialogue tonique et le psycho-tonus?

IS : Oui, bien sur ce « corps à corps » est en lien avec le dialogue tonique et le psycho-tonus (cf. explication ci-dessous). De plus cela permet une approche globale et la communication est « directe ». Le bébé a l’intérêt d’avoir une taille qui le permet. Il n’y a pas de retenue…un « corps à corps » avec un adulte serait compliqué et pourrait être ambigu!

Chez le bébé, le tonus musculaire se construit petit à petit physiologiquement pour arriver à l’autonomie et à la marche. Chez chacun le tonus de base est propre, il est emprunt de son histoire et des émotions qu’il traverse. Ainsi le bébé a un état de tension de base qui dépend de ce qu’il a vécu pendant la période de gestation, l’accouchement, de « l’ambiance » dans laquelle il vit.

C’est ce que nous appellerons le psycho-tonus.

Ce psycho-tonus est un potentiel d’adaptabilité du corps. Le fasciathérapeute a comme outil le toucher psychotonique qui est un interlocuteur de ce psycho-tonus et permet de le réguler. Il touche la personne au plus profond d’elle-même et lui permet de développer sa plus grande capacité d’adaptabilité. Le bébé est particulièrement réceptif à ce toucher et sa particularité est que sa taille permet que ce toucher ne soit pas uniquement transmis par les mains mais dans un « corps à corps » qui permet de communiquer grâce à ce tonus, « le dialogue tonique ».

Il s’agit alors de mettre en relation le psychotonus du bébé et celui du thérapeute qui l’aura contre lui dans les bras. Le thérapeute accueille les tensions du bébé et lui permet de ressentir un état de détente au travers de son propre corps. C’est un dialogue non verbal qui permet l’expression des émotions. Le bébé se sent entendu, compris, touché. Il peut alors nous confier ses tensions, se relâcher, se détendre, retrouver un équilibre intérieur qui lui permettra de mieux digérer, mieux dormir etc… Ce travail est particulièrement bien adapté aux bébés qui semblent ne jamais vouloir lâcher. Ceux qui sont toujours sur le qui vive, dorment peu, sont très souvent tendus en arrière.

Une fois cet « accordage » établi, ce tonus « régulé » le thérapeute pourra avoir nécessite d’utiliser un toucher plus « analytique », c’est à dire qu’il ira travailler sur des zones de tensions plus spécifiques, localisées dans certaines parties bien précises du corps et ayant des répercussions sur le bien être du bébé et le bon fonctionnement de tous ses organes : par exemple la base du crâne qui est souvent en souffrance lors de l’accouchement, le crâne, le bassin…

SSA : Pour finir, aurais-tu un petit exercice simple à proposer pour que nos lecteurs puissent prendre soin de leur bébé?

IS : Je vous propose d’expérimenter ce dont nous venons de parler, le dialogue tonique. Ce petit exercice sera très efficace avant de coucher votre bébé. Par exemple pour le mettre dans de bonnes conditions pour le sommeil.

Au préalable il est important de vous poser vous-même, de faire le vide de vos préoccupations, de vous « centrer »…,

Quelques minutes suffisent.

Lorsque vous vous sentez détendu (si vous vous sentez stressé, évitez, ce n’est pas le moment!), en position debout, prenez votre enfant dos contre vous, un bras sous ses fesses, l’autre main sur son ventre. Dans cette position vous allez faire avec lui un mouvement sur le côté très lent, le plus lent possible. En transférant le poids du corps d’un pied sur l’autre, vers la droite puis vers la gauche. Puis vers la droite à nouveau (en faisant un petit temps d’arrêt pour marquer le bout du voyage) et ainsi de suite pendant quelques minutes, comme une berceuse très très lente ! Votre enfant sentira cette lenteur, votre calme intérieur et sera détendu et calme à son tour pour aller dormir!

Belle expérimentation, prenez le temps, vous vous ferez du bien aussi!

Que vous soyez praticien ou parent attentif au bien-être de son enfant, je vous conseille vivement la lecture de son livre. Il devenu une référence au sujet des bébés et du tristement célèbre Reflux Gastro-œsophagien (RGO).

Plaidoyer pour le bien-être des bébés

Plaidoyer pour le bien-être des bébés

Il a pour titre :  Plaidoyer pour le bien-être des bébés : une thérapie manuelle du reflux

 

Bonne lecture!

 

 

 

Prenez soin de vous (et d’eux!)

 

Loïc

Partager l'article
  • 196
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *