Bien choisir son hydrolat

Bien choisir son hydrolat pour se soigner autrement, c’est comprendre et reconnaître un hydrolat de qualité thérapeutique. C’est éviter les pièges, savoir leurs indications, les précautions et modes d’emploi.

Les hydrolats ou eaux florales sont naturellement efficaces pour protéger, soigner, réguler notre organisme. Leurs effets ne font aucun doute, encore faut-il bien les choisir, bien les administrer et se poser les bonnes questions pour profiter pleinement de leurs principes actifs.

Je propose ici, de développer les points de réflexion sur lesquels s’appuyer pour choisir, et trouver, l’hydrolat qui convient.

choisir son hydrolat, les règles à suivre
choisir son hydrolat, les règles à suivre

Choisir un hydrolat, choisir la qualité thérapeutique

L’hydrolat n’est pas une huile essentielle, c’est de l’hydrolat.

L’hydrolat ou eau florale, est un extrait de plantes (ou même de champignons) dont les principes actifs délivrent leurs bienfaits. Il est issu de la distillation ou plus exactement, c’est le résidu d’eau obtenu lors de la distillation de l’huile essentielle.

L’hydrolat est composé de molécules solubles dans l’eau. Tandis que l’huile essentielle concentre les molécules non solubles dans l’eau. Ainsi, les terpènes, les sesquiterpènes ou encore les esters sont des molécules abondantes dans les huiles essentielles et absentes ou presque, dans les hydrolats.

À l’inverse, les acides sont à l’état de traces dans les huiles essentielles et présents dans l’hydrolat. Il s’agit donc bien de deux produits différents avec leurs propriétés propres et leurs applications spécifiques.

L’hydrolat n’est donc pas une l’huile essentielle en moins fort, c’est autre chose.

Choisir l’hydrolat de qualité thérapeutique, éviter les pièges

La qualité de l’hydrolat est la condition pour obtenir des résultats satisfaisants. Il faut certes des plantes saines, mais aussi un savoir-faire et une éthique du fabricant et du revendeur.

Malheureusement, il arrive que certains vendeurs, peu scrupuleux ou peu compétents (ça arrive) vous proposent en fait, un produit dérivé d’huiles essentielles et retransformé par dilution dans l’alcool, puis dans l’eau. Ce n’est pas un hydrolat. Je vous le déconseille, vivement. Il n’y a aucun intérêt thérapeutique. 

Pire encore ! Il y a des escrocs (le mot n’est pas trop fort) qui fabriquent l’hydrolat à l’aide d’essence artificielle. Autant dire que c’est très dangereux pour la santé, et peut s’apparenter à un véritable empoisonnement.

Le mieux est d’acheter ses produits auprès de revendeurs de confiance : sérieux, compétents et passionnés (tant qu’à faire). C’est l’assurance d’avoir un hydrolat de qualité thérapeutique. C’est déjà une bonne base.

Un hydrolat de mauvaise qualité s'apparente à un poison !
Un hydrolat de mauvaise qualité s’apparente à un poison !

Choisir selon les indications de l’hydrolat de base

Les hydrolats ont des effets plus doux que les huiles essentielles et à ce titre sont adaptés à tous, même aux personnes les plus sensibles( personnes âgées, femmes enceintes, enfants, bébés ou personnes allergiques).

Il n’y a pas de contre-indication majeure, mais quelques restrictions suivant les extraits de plantes qui le composent.

L’hydrolat de qualité thérapeutique est d’un grand secours en aromathérapie, en phytothérapie, homéopathie…

Choisir les hydrolats et les extraits de plantes 

Il y a donc deux dimensions à prendre en compte dans le choix de son hydrolat. D’un côté la qualité de l’hydrolat (fabrication, éthique) et de l’autre, les effets produits par les principes actifs tirés des plantes.

Un hydrolat peut donc avoir des indications et applications différentes.

On sait maintenant ce qu’est l’hydrolat de qualité thérapeutique, voyons leur déclinaison avec les extraits de plantes.

Choisir selon les plantes, se poser les bonnes questions

Pour bien choisir son hydrolat, il faut comprendre ce que c'est et pour c'est fait
Pour bien choisir son hydrolat, il faut comprendre ce que c’est et pour c’est fait

Si l’hydrolat ne présente pas de contre-indication, il est quand même nécessaire de se reporter aux indications préconisées par votre pharmacien ou praticien. La variante étant les extraits de plantes, il faut veiller à prendre en considération la compatibilité avec :

  • le mode d’application ou d’absorption de l’hydrolat pour un problème donné
  • le temps du traitement
  • les pathologies ou troubles qui peuvent interférer avec mon hydrolat
  • l’allergie à l’un des composants
  • le respect des doses thérapeutiques
  • l’aspect physique et psychique.

Par exemple, en cas d’hypertension, un hydrolat puissant tonique est contre-indiqué, tout comme un hydrolat drainant, doit être utilisé avec parcimonie en cas de reins fragiles.

C’est une question de connaissance, mais aussi de bon sens, l’hydrolat ne se choisit pas au hasard.

Le bon goût ou une odeur plaisant ne signifie pas que l'hydrolat vous convient
Le bon goût ou une odeur plaisant ne signifie pas que l’hydrolat vous convient

Choisir les extraits de plantes de mon hydrolat

Choisir les extraits de plantes demande de connaître les plantes, leurs effets, etc. Il est possible de passer cette étape et de demander conseil auprès des spécialistes. Mais il est également possible d’acquérir cette connaissance au fil du temps.

Pour vous aider dans cet accomplissement, je propose la consultation de fiches solutions phyto hydrolat (existe aussi pour les huiles essentielles). Ces fiches récapitulent tout ce qu’il faut savoir sur la plante, ses bienfaits, ses prescriptions et bien au-delà. Très utiles pour y voir plus clair.

Enfin, trouver l’hydrolat qui convient parfaitement demande parfois de la persévérance. Chacun est unique, et réagit selon sa constitution, son ressenti. En effet, plusieurs hydrolats peuvent couvrir les mêmes besoins, mais un seul conviendra parfaitement.

Trouver le bon hydrolat est l’aboutissement d’une recherche, ce n’est pas un traitement que l’on peut définir dans l’urgence.

Choisir les bonnes plantes et avoir les bons gestes

Il n’est pas possible ici de lister toutes les plantes et leurs effets pour les hydrolats, mais voici un aperçu de ce qu’il faut éviter avec certaines plantes sous certaines conditions :

– Les hydrolats de cannelle, de sarriette et de thym à thymol sont à éviter en application directe sur la peau sous risque de brûlure surtout pour les peaux sensibles.

– Le cèdre de l’Atlas, le cyprès, le millepertuis, l’achillée millefeuille et le genévrier sont à éviter sur une longue période. Ils sont, en effet, assez agressifs à la longue. Il faut prévoir un traitement sur 3 jours à 3 semaines maximum.

Choisir selon le diagnostic et trouver son hydrolat

Choisir l’hydrolat qui convient, celui qui soulage, soigne ou fait du bien tout simplement, implique une recherche personnelle et harmonieuse, l’identification d’un problème, d’un dysfonctionnement, d’une carence… 

Poser un diagnostic qui tient la route

Poser un diagnostic n’est pas toujours facile et c’est finalement assez intime. Certains pensent que le pendule, l’instinct, l’intuition peuvent désigner, comme par magie, l’hydrolat qu’il faut choisir. Je dis non.

Ce n’est pas possible. Pourquoi s’en remettre au hasard alors que le raisonnement doit être éclairé justement ?

Est-ce qu’on laisse un médecin généraliste prescrire les médicaments à coups de pendule ? Non, bien sûr.

Quant à l’intuition, elle est forcément guidée par les connaissances acquises par chacun et mûries de façon inconsciente ou non, de façon formelle ou expérientielle.

Bref, le diagnostic magique n’existe pas. Il faut rester rationnel… Ce qui est magique, ce sont les plantes !

Lorsqu'il s'agit de soin avec des plantes, ces pratiques n'ont pas leur place pour faire un choix
Lorsqu’il s’agit de soin avec des plantes, ces pratiques n’ont pas leur place pour faire un choix

Les plantes ont leur logique et des indications spécifiques

Définir un traitement à base d’hydrolat au petit bonheur la chance n’est pas seulement surréaliste, mais c’est aussi méconnaître complètement la réalité des plantes, leurs propriétés voire leurs vertus thérapeutiques. C’est croire, qu’un principe actif peut en remplacer un autre, une plante en valant une autre…

Bien entendu, on ne peut y croire, et il vaut mieux laisser la chance pour le jeu, et la raison et l’expérience pour le diagnostic.

Les plantes ont à dire, à nous de les écouter. Nous sommes loin de saisir toutes les subtilités des interactions qui se jouent, alors restons humbles.

Choisir son hydrolat selon une vision globale et nouvelle de l’hydrolathérapie

Comme je l’ai évoqué, les hydrolats agissent sur le psychique et le physique. Il existe une branche (discrète, mais prometteuse) de l’hydrolathérapie qui reconnaît des profils de personnalités en lien avec des plantes et en particulier des hydrolats.

À un type de personnalité correspond un type particulier d’hydrolat. C’est dire si le hasard ne rentre pas en ligne de compte.

Un hydrolat qui convient est donc celui qui correspond à notre besoin, mais aussi à notre sensibilité propre. C’est pourquoi un hydrolat pour un même symptôme peut convenir à l’un, mais pas à l’autre.

L’une des méthodes possibles est de procéder par élimination. Noter tout ce qui ne convient pas, tout ce qui ne fonctionne pas ou mal.

Ainsi fait, il est plus facile de mettre en évidence l’hydrolat idéal. 

Le meilleur conseil, c’est lorsqu’on trouve la perle rare, l’hydrolat qui nous comble, gardons-le précieusement. De toute façon dans ces cas-là, on a juste envie de le garder à portée de main.

Laissez un commentaire. Je serais ravi de vous répondre t de vous connaître

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.