Faire face à la fièvre et la faire baisser naturellement

Cet article est lu en 5 minutes, le temps de prendre une petite tisane et une belle respiration ?

Généralement réaction de défense de l’organisme face à une infection, la fièvre est un symptôme bien connu qui accompagne grippe, rhume et autres maladies infectieuses qu’elle soient respiratoires ou non. Cette augmentation de la température corporelle au-delà de 38 degrés fonctionne en lien avec le Système Immunitaire de notre corps pour se défendre. Il n’est pas toujours recommandé de l’éradiquer, mais lorsque c’est nécessaire, il est important de savoir comment réagir pour faire baisser la fièvre naturellement.

Symptôme essentiel de maladie et grande source d’inconfort, l’état fiévreux est à surveiller. Comprenez comment faire face à la fièvre et la faire baisser naturellement.

Faire baisser la fièvre est-il indispensable ?

Quelle soit prise à différents endroits du corps la fièvre indique une élévation anormale de la température. Celle-ci s’accompagne souvent de courbatures, maux de tête, tremblements, frissons et évidemment de transpiration importante puisque le corps tente de retrouver ses 37 degrés habituels. 

Une fois le système immunitaire en alerte, la fièvre devient un indicateur de l’infection. Se priver de ce symptôme, c’est parfois ne plus avoir de visibilité sur l’évolution de la maladie ou de l’infection virale. 

Selon la permathérapie, la fièvre est caractéristique d’un état d’agitation du corps, nous allons donc rechercher des outils ayant une dynamique apaisante.

En cas d’état fiévreux, faire preuve de bon sens et adopter les réflexes suivants pour mieux la supporter : 

  • Boire beaucoup (infusions, eau plate) pour ne pas se déshydrater à force de transpirer ;
  • Rafraîchir le corps, sans provoquer de choc thermique cependant : une douche ou un bain à température, mais ne plongez surtout pas dans un bain glacé ;
  • Porter des vêtements légers et les changer régulièrement pour ne pas garder les toxines évacuées par la transpiration ;
  • Manger liquide (bouillons, soupes, jus de légumes) pour conserver des forces tout en s’hydratant ;
  • Aérer fréquemment la pièce pour renouveler l’air et aider au rafraîchissement du corps. 

Ne pas oublier de prendre la température régulièrement avec un thermomètre et de surveiller l’état général.

Les plantes pour aider à faire baisser la fièvre naturellement

Si faire baisser la fièvre est une nécessité, il n’est pas forcément utile de se ruer sur l’aspirine, le sirop enrichit en vitamine C et autres médicaments de synthèse. Certaines plantes possèdent des propriétés qui les rendent efficaces pour faire tomber la fièvre ou en traiter les causes. 

La tisane de thym, tilleul et camomille

Consommer des tisanes de façon régulière pendant une poussée de fièvre permet de restaurer les pertes hydriques. L’idéal est donc de combiner cette solution avec des plantes qui vont permettre de faire baisser naturellement la fièvre. Le mélange de plantes suivantes permet de profiter de tous les bienfaits : 

  • Le thym aux vertus antimicrobiennes, qui peut aider à lutter contre l’infection virale ou microbienne (pas seulement respiratoire) à l’origine de l’état fiévreux ;
  • Les fleurs de tilleul, qui favorisent la transpiration et aident ainsi le corps à réguler sa température ;
  • Les fleurs de camomille, qui en plus de leurs vertus antibactériennes aident à l’apaisement et au repos. 

Pour soutenir votre système immunitaire avec ces plantes, mettez 1 gramme de chacune d’elles (soit environ une cuillère à café) dans une tasse d’eau bouillante pendant 5 minutes. Boire jusqu’à 5 tasses par jour pour profiter de ce remède. 

Il est également possible de réaliser une infusion avec une seule de ses plantes, que vous avez déjà probablement en cuisine. Dans ce cas, faites infuser 2 à 3 grammes de thym, de tilleul ou de camomille par tasse. 

On peut sucrer au besoin avec un cuillère à café de miel dont les propriétés apaisantes sur l’inflammation sont appréciées en cas de mal de gorge associé.

Des rondelles de gingembre frais peuvent être glissées dans les tisanes pour réduire la douleur et renforcer le système immunitaire. Son efficacité est redoutable !

Enfin si vous savez votre foie un peu fatigué, un jus de citron le soutiendra dans cet épisode infectieux où il est sollicité.

L’huile essentielle de tea tree… 

Si vous êtes adepte des huiles essentielles, il est recommandé d’utiliser celle de Tea Tree (ou arbre à thé – Melaleuca alternifolia).

Cet arbre, endémique de l’Australie, a été introduit dans diverse régions du monde (Etats-Unis, Zimbabwe, Chine, etc.). Suivant votre lieu de résidence, il peut donc venir de très loin. Veillez à ne l’utiliser qu’en dernier recours. Privilégions avant tout des plantes qui poussent près de chez nous !

Le sapin pectiné (Abies alba) est tout à fait indiqué et est pousse abondamment en Europe et en Amérique du Nord.

Les huiles essentielles sont des extrait de plante par nature de Dynamique Apaisante. Elles sont donc parfaitement adaptées pour faciliter le réaccordage.

Ces 2 huiles essentielles agissent sur les causes (infectieuses) et fait baisser la fièvre naturellement. Grâce à leurs propriétés antiseptiques et leur capacité à soutenir le système immunitaire, indiquée pour soulager la fièvre. 

Appliquer 2 gouttes d’huile essentielle pure sur les avant-bras toutes les heures pour calmer la fièvre et aider à combattre une infection bactérienne chez l’adulte.

Pour un enfant de moins de 12 ans, une goutte est suffisante.

huile essentielle de tea tree
L’huile essentielle de tea tree, l’huile essentielle des fièvres

Consulter pour faire baisser la fièvre

Lorsque la fièvre dure plus de deux jours chez l’adulte ou dépasse les 39 degrés, on parle alors de forte fièvre. Il devient nécessaire de consulter un médecin. Lorsque cela concerne les personnes fragiles ou régulant mal leur température comme les enfants de moins de 3 ans et les personnes âgées, la moindre fièvre doit être rapidement prise en charge.

Je suis le premier à vous conseiller d’utiliser des plantes pour vous soigner seul. Quand il s’agit de molécules de synthèse, l’automédication est à éviter au maximum.

L’état fiévreux peut être d’origine bactérienne ou non. Des antibiotiques peuvent être prescrits ou simplement un antalgique. Des molécules de synthèse comme le paracétamol ou l’ibuprofène, sont proposés pour prendre en charge la poussée de fièvre.

Les signes d’aggravation

Certains signes complémentaires comme :

  • des nausées importantes associées ou non à des vomissements ou une diarrhée persistante,
  • une toux très productive évoluant en quinte de toux sans arriver à expectorer,
  • l’apparition de plaques rouges violacées ou de marbrures cutanées, en général elles commencent aux jambes

… sont autant de signes d’aggravation qui doivent inciter à consulter.

Ainsi, il faut consulter pour obtenir un avis médical, en fonction de la mesure de la température mais pas seulement. Les médicaments antipyrétiques, c’est-à-dire luttant contre la fièvre, doivent être utilisés avec précautions et selon le dosage recommandé. 

En cas de doute, votre pharmacien saura vous renseigner.

Dans ce contexte particulier lié à l’épidémie de coronavirus (ou Covid-19), une poussée de fièvre peut être un indicateur de contamination. Prenez le temps de contacter par téléphone votre médecin avant de vous déplacer. 

Faire baisser la fièvre naturellement permet de laisser le corps se défendre grâce à l’efficacité de son système immunitaire. Chez l’adulte sans problème de santé particulier, c’est un symptôme qui permet de suivre l’évolution de la maladie qu’il n’est pas toujours pertinent de supprimer, mais qu’il faut bien surveiller. 

Cet article a 5 commentaires

  1. Marguier

    Bonjour, je trouve votre article fort interressant. Par contre le dosage des huiles essentielles me semble énorme.
    Il me semble que pour un adulte il ne faut pas dépasser 6 gouttes par jour, l’abus d’huiles essentielles peut être extremement dangereux, donc 2 gouttes toutes les heures….je suis septique

    1. Loïc

      Lorsqu’il s’agit de soin, il est important en effet de prendre en compte 2 données : la toxicité de l’extrait utilisé et la difficulté vécu par la personne (ou pourrait le comprendre comme l’urgence de la situation).

      Ici l’huile essentielle de Tea Tree est parfaitement inoffensive à ces dosages. La quantité fait ou non le poison. Ici le risque est nul chez l’adulte (j’exclu bien évidement les allergies).

  2. Catherine

    Le bain dérivatif est une belle aide pour faire baisser la température de quelques dixièmes, juste de quoi retrouver un état plus «  confortable » en laissant le corps moins fiévreux faire son travail de guérison

  3. Nathalie

    Bonjour,

    En tout état de cause, le nombre de gouttes suggérées ne respecte pas les préconisations scientifiques sur l’utilisation des huiles essentielles (rapport officiel 2018 émis par les éminents professionnels de santé, scientifiques et spécialistes).

    Il ne faut pas dépasser 25 gouttes par 24h toutes voies d’administration confondues (dont 6 gouttes maximum par voie orale en respectant les consignes d’utilisation et d’administration de l’huile essentielle correspondante bien sûre).

    Dans le cas précis au bout de 12 heures de prise à raison de 2 gouttes par heure en application cutanée, je serai déjà à 24 gouttes…! Alors entre 13 et 24 heures… les recommandations limitant le risque de toxicité seront largement dépassées.

    Il faudrait dans votre prescription/conseil rajouter un indicateur de limite pour ne pas être pris au pied de la lettre par des personnes peu ou insuffisamment initiée.

    Je valide en revanche les conseils hygiène de vie qui sont la base des soins de bons sens !

    Bien cordialement,
    Infirmière, cadre-DU aromathérapie scientifique faculté pharmacie/Médecine Dijon

    1. Loïc

      J’entend votre remarque et c’est en effet ainsi que cela m’a été enseigné le plus souvent. Cependant vous noterez qu’il s’agit d’une application ponctuelle, qui durera moins de 48h (il est explicitement précisé que la fièvre ne doit pas durer plus de 2 jours). Et même, ou pourrais-je dire surtout, avec de la fièvre, nous allons dormir.

      La préconisation de 25 gouttes par 24h (soit moins d’un millilitre environ) ne tient compte ni de l’huile essentielle concernée ni de sa durée d’application ni de l’objectif visé. De plus, cela ne fait pas consensus au niveau international (ni même au niveau européen).
      Le rapport de ANSES préconise, par exemple, 4 à 5 gouttes maximum par 24h, là où des experts canadiens n’hésiteront pas à proposer des dosages au millilitre. Sans entrer dans ces 2 extrêmes, mon expérience m’a montré que ce dosage était pertinent, et dans les faits proche des préconisations dont vous faites mentions.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Loïc

Professionnel de santé, diplômé en masso-kinésithérapie, je m’intéresse aux pratiques de soin centrées sur la personne. Conférencier et formateur, j'exerce depuis plus de 15 ans. J'ai complété mes connaissances par une formation universitaire en Fasciathérapie (4 ans), l'apprentissage de la Microkinésithérapie (3 ans), des Réflexologies (5 ans), du Shiatsu (Minna san do so). L'aromathérapie, l'hydrolathérapie, la gemmothérapie et l'homéopathie sont venues enrichir mon travail pour rendre la personne actrice de son soin et autonome.