La gestion de la douleur chronique, des solutions multidisciplinaires

Cet article est lu en 3 minutes, le temps de prendre une petite tisane et une belle respiration ?

Quelles que soient les causes de la douleur, celle-ci est définie comme une « expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire existante ou potentielle, ou décrite en termes évoquant une telle lésion », d’après l’International Association for the Study of Pain. Que la cause soit identifiée ou non, le caractère persistant et récurent permet de qualifier la douleur de chronique. 

Que les douleurs soient neurologiques, musculaires ou inflammatoires, découvrez comment les prendre en charge pour limiter les souffrances.

Une approche pluridisciplinaire indispensable

Les seuls traitements par médicament (unidisciplinaire) ne peuvent suffire à traiter les douleurs chroniques. Bien sûr, la prise d’antalgiques peut être prescrite, mais elle ne suffira pas à soulager totalement la sensation douloureuse. 

Afin d’améliorer la prise en charge, des structures spécialisées dans l’étude et le traitement de la douleur chronique (SDC) ont vu le jour. Il est possible d’y être reçu pour des consultations, avec une prise en charge en équipe de médecin, infirmier et psychologue, ou une prise en charge globale par plusieurs médecins de différentes spécialités en centre.

Pour bien cerner les douleurs chroniques, il est indispensable :

  • D’évaluer la douleur et son intensité ;
  • De poser un diagnostic ;
  • D’éliminer les causes possibles ; 
  • De soulager la douleur. 

Les douleurs chroniques ont le plus souvent de multiples causes. Les douleurs chroniques les plus répandues sont les céphalées, dont la migraine, les lombalgies et les lomboradiculalgies, les douleurs neuropathiques, arthrosiques et musculo-squelettiques. 

Les aides naturelles dans la gestion de la douleur chronique

Au-delà de la gestion de la douleur et de son intensité, la gestion des douleurs chroniques permet de réduire ses effets dévastateurs sur la vie de ceux qui en souffrent : détérioration des capacités fonctionnelles et relationnelles, isolement, épuisement permanent… 

Elles sont également responsables d’un mauvais usage médicamenteux, voire d’abus dans le cas de céphalées quotidiennes par exemple. Afin d’éviter cela, soulager certains aspects de la douleur naturellement est une piste à explorer.

En ce qui concerne la fibromyalgie (syndrome caractérisé par des douleurs diffuses), quelques pistes sont à explorer sur le long terme comme l’élixir de bourgeons de ronce, mais il n’existe pas un remède miracle, qu’il soit naturel ou non. Les actions anti-inflammatoires auront peu d’effets sur ce type de douleurs. Il est plus pertinent de se tourner vers des techniques de remise en mouvement doux comme la fasciathérapie pour soulager les douleurs et vivre dans de meilleures conditions.

  • L’autohypnose, après quelques séances de formation, pour se concentrer sur d’autres sensations que la douleur ;
  • Les TCC (thérapies comportementales et cognitives), pour réduire l’impact des douleurs chroniques sur les activités du quotidien en développant des stratégies ;
  • Le TENS (stimulateur électrique transcutané) permet d’envoyer au cerveau des sensations de fourmillement, au travers d’électrodes, qui masquent le message de la douleur ;
  • Les plantes peuvent aussi accompagner la gestion de la douleur. 

Des plantes pour nous soulager

S’il s’agit de douleurs aigües, il est intéressant de se tourner vers des extraits de plantes ayant une dynamique apaisante. Comme l’huile essentielle de laurier noble (Laurus nobilis) ou encore celle de bouleau (Betula alleghaniensis).

Pour les douleurs chroniques, bien qu’utilisable ponctuellement, les huiles essentielles ne sont pas adaptées. Il faut alors se tourner vers des plantes aux dynamiques aggradantes ou dégradantes.

On choisit des plantes aggradantes comme l’hydrolat de romarin camphré (Rosmarinus officinalis), quand il y a un délabrement du Terrain ou de la structure de la personne.

Les élixirs de bouleau verruqueux (Betula pendula) ou de vigne (Vitis vinifera) sont utilisés pour leur dynamique dégradante. Ils sont utiles quand il y a des élaborations néfastes dans l’organisme (fibroses, ostéophytoses, etc.).

Quelles que soit l’intensité et la topographie de la douleur, des thérapies ou solutions physiques et psychothérapiques peuvent vous accompagner, en plus des traitements de la médecine conventionnelle ou des propriétés des plantes. Une véritable approche multidisciplinaire est nécessaire à la gestion des douleurs chroniques.

Quelles que soient les causes de la douleur, celle-ci est définie comme une « expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire existante ou potentielle, ou décrite en termes évoquant une telle lésion ». Que la cause soit identifiée ou non, le caractère persistant et récurent permet de qualifier la douleur de chronique.

Sources :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Loïc

Professionnel de santé, diplômé en masso-kinésithérapie, je m’intéresse aux pratiques de soin centrées sur la personne. Conférencier et formateur, j'exerce depuis plus de 15 ans. J'ai complété mes connaissances par une formation universitaire en Fasciathérapie (4 ans), l'apprentissage de la Microkinésithérapie (3 ans), des Réflexologies (5 ans), du Shiatsu (Minna san do so). L'aromathérapie, l'hydrolathérapie, la gemmothérapie et l'homéopathie sont venues enrichir mon travail pour rendre la personne actrice de son soin et autonome.