Homéopathie pendant l’allaitement : 4 utilisations recommandées 

Cet article est lu en 4 minutes, le temps de prendre une petite tisane et une belle respiration ?

Homéopathie et allaitement quelles sont les contre-indications ? La période d’allaitement s’accompagne de son lot d’inconforts et de douleurs. Seins gonflés, crevasses, manque de lait viennent parfois entacher le lien précieux qui se tisse avec bébé. Pourtant, ce n’est pas une fatalité ! Un traitement homéopathique s’avère rigoureusement efficace dans bien des situations… Découvrez 4 cas dans lesquels ces petits granules peuvent vous soulager, et nos recommandations pour bien vivre l’allaitement (avec ou sans homéopathie) ! 

Pour apaiser les douleurs ou favoriser la montée de lait, l’homéopathie est particulièrement efficace pendant l’allaitement. Nos conseils !

Traitement à l’homéopathie : sans risque pour le bébé et la mère

De nombreux médicaments allopathiques sont déconseillés pendant la grossesse et l’allaitement. En effet, des principes actifs risquent de passer dans le lait. De nombreuses mères cherchent alors des alternatives pour soulager leurs maux !

La question se pose rapidement : homéopathie et allaitement sont-ils compatibles ? La réponse est oui ! Ces petits granules sont sans risque, pour le bébé comme pour la mère.

Dans cet article, je vais vous dévoiler 4 inconforts maternels pour lesquels l’homéopathie est particulièrement recommandée et efficace ! 

Attention : les dosages et posologies sont indicatifs. L’idéal reste d’avoir un traitement individualisé, s’accompagnant des conseils personnalisés d’un professionnel. 

Voilà 4 cas post-grossesse, parmi les nombreux possibles, dans lesquels l’homéopathie sera salvatrice.

1. En cas de faible lactation : les granules pour favoriser la montée de lait

Vous voulez allaiter votre enfant… Mais manquez de lait maternel ? Pas de panique ! Des solutions existent.

  • Du côté de l’homéopathie, vous pouvez vous tourner vers l’AGNUS CASTUS pour favoriser la montée de lait. Commencez par 3 granules 3 fois par jour, en 5CH. Adaptez la posologie en fonction des résultats. 
  • En cas d’excès de lait, prenez du RICINUS COMMUNIS en 5CH, 3 granules 3 fois par jour.

N’oubliez pas de veiller au moral de la maman, qui influence grandement la lactation. La mère doit bien se reposer et prendre le temps de manger. Après tout, elle doit pouvoir nourrir une deuxième personne ! 

2. En cas d’engorgement des seins : l’homéopathie à la rescousse

Je recommande 3 traitements homéopathiques pendant l’allaitement en cas d’engorgement des seins

  • PHYTOLACCA, pour favoriser l’écoulement du lait.
  • BRYONIA, si les seins sont gros, durs et douloureux, mais que l’inconfort s’estompe par une pression forte (port d’un soutien-gorge serré).
  • BELLADONNA, si les seins sont gros, rouges avec une douleur battante.

Tournez-vous vers un professionnel pour connaitre les dosages précis et choisir un traitement personnalisé.

3. En cas de crevasses sur les tétons : les plantes peuvent aider ! 

Les crevasses sont liées à l’humidité et la succion fréquentes. Douloureuses et désagréables, ces petites plaies entachent l’expérience de l’allaitement ! 

Le plus efficace pour réparer vos tétons est d’espacer les tétées… Mais ce n’est pas toujours possible. Dans ce cas, vous avez le choix entre deux traitements homéopathiques.

  • GRAPHITES, si les crevasses des tétons sont indolores.
  • NITRICUM ACIDUM, si les plaies sont très douloureuses et ont tendance à saigner.

Soyez patiente : la peau se réparera progressivement.

4. Pour accompagner le sevrage de lait : un traitement homéopathique efficace

Lorsque vous souhaitez arrêter d’allaiter, la montée de lait peut devenir douloureuse. Le liquide s’accumule dans les seins, la poitrine gonfle… Un inconfort dont on se passerait volontiers ! 

  • APIS MELLIFICA, BRYONIA et LAC CANINUM, à combiner pour apaiser les tensions mammaires.
  • RINICUS COMMUNIS, pour freiner progressivement la lactation.

En quelques jours, vous devriez voir des résultats surprenants ! 

Complétez ce traitement avec des conseils naturels pour arrêter les montées de lait. Rien ne vaut une bonne relation mère-enfant pour fluidifier l’allaitement… Et le sevrage.

Homéopathie et allaitement, ce n’est pas systématique

En cas de fièvre : consultez !

Après l’accouchement, la femme peut être affaiblie, fatiguée, surmenée… Donc plus à même de tomber malade. Dans ce cas, l’homéopathie a ses limites.

En cas de fièvre, en particulier, consultez le médecin systématiquement. Ce dernier pourra être amené à prescrire des antibiotiques. Il est généralement possible de continuer l’allaitement, sauf contre-indication de votre médecin.

En cas de fatigue : offrez-vous amour et repos

Apportez un soin particulier à la mère et à son sommeil. Le ventre des femmes subit bien des changements dans cette période charnière. Après l’accouchement, la maman aura sûrement besoin de renouer avec son corps. Mettez en place des rituels pour lui donner toute votre attention, pour le chérir. 

Écoutez les signaux de votre corps, ne luttez pas sans écouter votre fatigue, au contraire : sollicitez de l’aide autour de vous pour prendre le temps de vous reposer. 

Dans toutes les situations : remontez à la cause

Quel que soit le symptôme, n’oubliez pas d’adopter le regard de la Permathérapie : comprendre notre propre mode de réaction. Écoutez votre corps, il vous parle. 

Le traitement homéopathique ne doit pas intervenir comme un pansement, masquant les problèmes. Les granules sont là pour vous aider à vous accorder pendant que vous remédiez à la source des maux. 

  • Vous êtes prête à entamer le sevrage, mais le lait s’accumule dans vos seins ? La solution pourrait se trouver dans la communication avec votre bébé. La relation entre vous pilote la lactation.
  • Votre enfant refuse de téter ? Il est peut-être malade ou fatigué.
  • Vous manquez de lait pour rassasier votre bout de chou ? Peut-être êtes-vous fatiguée ou stressée.

C’est pourquoi il est nécessaire d’adopter une vision globale de vos difficultés

L’homéopathie est donc efficace pour soulager bien des maux après l’accouchement : manque de lait, engorgement des seins, crevasses sur les tétons ou encore envie d’entamer le sevrage. Cependant, le traitement homéopathique n’a pas réponse à tout. La grossesse et la naissance sont des épreuves fatigantes. Elles laissent parfois des séquelles, à l’origine de fatigue, épuisement et autres inconforts. Découvrez le programme “En forme après ma grossesse” pour soigner la cause de vos maux… Et retrouver votre dynamisme !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.