Un geste simple pour se sentir bien dans son corps… toucher

Cet article est lu en 2 minutes, le temps de prendre une petite tisane et une belle respiration ?

Le toucher est un des sens primordial, un des premier à se mettre en place dans la vie intra-utérine. Dans le giron maternel, le fœtus va passer son temps éveillé à venir toucher la paroi utérine puis lui-même, à “chercher” la limite extérieure, ce qui est moi et ce qui n’est pas moi.

Ce qui est souvent compris comme un coup de pied du bébé n’est peut-être pas que ça.  Ce contact, cet appui est beaucoup plus profond. C’est une des étapes indispensables de la construction du moi.

Retrouver sa place

Le toucher, pour se construire ou pour s'unir
Le toucher, pour se construire ou pour s’unir

Chacun des sens joue un rôle dans la construction de l’être. Le toucher nous permet de nous sentir nous, de percevoir nos limites. Ce sens s’est curieusement développé dans notre société. Nous n’hésiterons pas à venir toucher quelqu’un pour le saluer (serrer la main, faire la bise). Pourtant nous excuserons platement si nous sommes amenés à toucher quelqu’un malencontreusement…

Le toucher s’est beaucoup développé en tant que sens de l’intime réservé au milieu amical, familial et dans l’alcôve. Redonner au toucher sa place dans notre société et dans notre propre rapport au corps, c’est un guide pour nous sentir bien dans notre corps et bien dans notre tête.

Toucher, pour (se) faire du bien
Toucher, pour (se) faire du bien

L’autre nous fait du bien quand il nous touche et c’est là tout l’art du massage. Toute l’importance de ces moments où un Autre vient nous toucher. Car bien après notre vie utérine, nous toucher joue encore ce rôle de construction du moi. Que ce soit par notre propre main ou celle d’un autre, se toucher et être toucher nous aide à sentir nos limites, nos lieux de puissances et de faiblesses.

Se toucher soi-même

Je vous propose d’essayer une pratique que j’ai découvert il y a bientôt 10 ans dans mes lectures autour de la médecine Ayurvédique, médecine traditionnelle indienne. Cette pratique est extrêmement simple et d’une efficacité incroyable!

Il s’agit, au sortir de la douche, de prendre le temps de se masser tout le corps avec de l’huile de sésame, des pieds à la tête et de la tête aux pieds. Prendre un temps pour redécouvrir son ventre, ses bras, ses jambes,… Inutile d’y passer des heures ou d’utiliser des litres d’huile. Quelques gouttes au creux de la main suffisent.

Aucune technique particulière, aucun ordre précis, laissez-vous porter par vos mains qui glissent sur votre peau. Une fois terminé, il vous suffit soit de patienter quelques instants que votre peau absorbe l’huile soit d’en essuyer l’excédent à l’aide d’une serviette.

L’huile de sésame se prête bien à cet usage. Toutefois libre à vous d’utiliser une huile végétale ou un macérât qui vous convienne. Je déconseille d’utiliser une huile essentielle ou une synergie dans l’huile utilisée. La puissance olfactive risque de prendre le pas sur les sensations du toucher.

Sans contre-indication, ni limite d’âge, il suffit de quelques minutes, une fois par jour, par semaine ou par mois, peu importe, cela reste un temps pour soi pour prendre soin de soi.

Prenez soin de vous.

Loïc

Laissez un commentaire. Je serais ravi de vous répondre t de vous connaître

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Loïc

Professionnel de santé, diplômé en masso-kinésithérapie, je m’intéresse aux pratiques de soin centrées sur la personne. Conférencier et formateur, j'exerce depuis plus de 15 ans. J'ai complété mes connaissances par une formation universitaire en Fasciathérapie (4 ans), l'apprentissage de la Microkinésithérapie (3 ans), des Réflexologies (5 ans), du Shiatsu (Minna san do so). L'aromathérapie, l'hydrolathérapie, la gemmothérapie et l'homéopathie sont venues enrichir mon travail pour rendre la personne actrice de son soin et autonome.