Les solutions naturelles pour tenir à distance les céphalées de tension

Cet article est lu en 6 minutes, le temps de prendre une petite tisane et une belle respiration ?

Comme 80 % de la population mondiale, vous connaissez certainement la céphalée de tension. La sensation de crâne qui va exploser ou de tête prise dans un étau se déclenche le plus souvent dans l’après-midi. Cette douleur continue est modérée dans la plupart des cas. Mais dans ses formes les plus intenses, elle peut devenir invalidante. Tour d’horizon des caractéristiques de ce mal de tête si répandu, et remèdes naturels pour l’éviter.

La céphalée de tension, un simple mal de tête ? Pas vraiment ! Découvrez les causes de cette douleur et comment l’éloigner durablement.

Comment reconnaître une céphalée de tension ?

C’est quoi une céphalée de tension ?

La céphalée de tension est une affection du système nerveux très fréquente. 80 % de la population souffre de céphalées de tension épisodiques et 3 % les subit de façon chronique. (1) Ce mal de tête s’accompagne de tensions musculaires. Si dans la plupart des cas la douleur ne dure que quelques heures, la céphalée peut persister plusieurs jours dans ses formes les plus lourdes.

Les symptômes d’une céphalée de tension

À ne pas confondre avec la migraine et ses douleurs pulsatiles, les céphalées de tension arrivent plutôt en fin de journée.

Elles se manifestent par :

  • une douleur constante ;
  • un mal de tête bilatéral : les 2 côtés sont concernés ;
  • une sensation de pression qui vient de l’extérieur ;
  • des raideurs dans la nuque ;
  • des crispations musculaires ;
  • un sentiment d’anxiété, de stress.

Contrairement à la migraine, les symptômes ne s’aggravent pas avec l’activité physique, le bruit ou la lumière forte.

Le regard de la permathérapie

Contrairement à ce que l’on peut penser, c’est d’abord le Système Tenségral qui est concerné, pas le Système Nerveux.

Le Système Tenségral a une fonction de mise en relation. Il met en relation les différentes structures corporelles entre elles : les os, les muscles, les ligaments et les tendons, sans oublier les fascias, éléments importants du Système Tenségral.

L’ensemble de ces structures contiennent le corps (organes, os, viscères…) autant qu’elles lui permettent de se mettre en mouvement. Lors d’une céphalée de tension, les raideurs et douleurs au niveau des cervicales et de la base du crâne témoignent d’une rigidité du Système Tenségral. Elle doit être prise en compte dans le traitement de la céphalée de tension.

Qui est touché par les céphalées de tension ?

Épisodiques ou chroniques, les céphalées de tension touchent 2 milliards d’individus sur Terre, soit un quart de la population mondiale. Les femmes occidentales adultes sont les plus concernées (2). Parmi les causes identifiées, le stress et l’anxiété se distinguent.

Vous êtes exposé au stress de façon ponctuelle ou quotidienne ? Les effets sur votre Système Tenségral peuvent s’exprimer par des douleurs musculaires ou articulaires. Une charge émotionnelle difficile à gérer ou une tendance à l’anxiété entraînent des tensions dans les cervicales ou la mâchoire, qui elles-mêmes engendrent des maux de tête.

Comment faire passer une céphalée de tension ?

Le traitement de la douleur en permathérapie

Si certains traitements médicamenteux (anti-inflammatoires, antidépresseurs, relaxants musculaires) sont prescrits dans le cadre de céphalées de tension, la permathérapie voit les choses autrement.

Plutôt que de traiter le symptôme, elle vient écouter le message que le corps tente de faire passer. Elle s’attache à identifier les désaccordages qui causent les maux de tête et propose une solution adaptée au Terrain du patient pour soulager ses douleurs.

On peut avoir mal à la tête à cause des cervicales, mais aussi avoir mal aux cervicales à cause d’un mal de tête ! Notre crâne est un ensemble de tissus qui ont leur liberté et leur mobilité. Ces tissus sont naturellement dans un état de tension ou de compression qui permet de maintenir les éléments constitutifs du cerveau.

Lorsqu’il y a désaccordage entre ces tensions et compressions, c’est là que les céphalées sont susceptibles d’apparaître.

Les techniques manuelles

Les techniques manuelles qui viennent détendre le corps sont efficaces. Les ostéopathes, chiropracteurs ou fasciathérapeutes, par exemple, identifient les zones de perte de mobilité et les travaillent de façon à soulager les symptômes et à permettre au corps d’aller vers un réaccordage.

Pratiquer l’automassage des trapèzes et de la nuque, à la main ou avec un objet (balle dure ou rouleau en appui sur un mur) est une solution pour dénouer les tensions de la journée. En le faisant quelques minutes régulièrement, vous évitez qu’elles ne s’installent durablement. L’important est d’être à l’écoute de son corps pour adapter la pression.

Dans ma Masterclass Soulager les douleurs, j’enseigne la technique du travail à l’écharpe avec les balancements du partenaire. Ce type de manipulation cervicale nécessite des précautions et une connaissance précise des gestes à effectuer.

Les exercices de mobilité

Dans le traitement des céphalées de tension, on va considérer le rapport au mouvement. La mobilité cervicale est primordiale, mais ne consiste pas seulement à savoir faire de grands cercles avec sa tête ! Le travail et la perception des mouvements concernent l’ensemble du crâne, dans ses moindres détails. La réalisation d’exercices ciblés permet de tenir à distance les céphalées de tension ou de les atténuer.

Les mouvements de la tête

Prenez le temps de percevoir et ressentir les mouvements :

  • commencez par des glissements de la tête d’avant en arrière ;
  • faites de même sur les côtés.

Le travail des yeux

  • Fermez les yeux et tournez la tête à droite et à gauche.
  • Revenez au centre et cherchez à bouger seulement les yeux à droite et à gauche.
  • Bougez de nouveau la tête à droite, à gauche, et cette fois-ci les yeux en même temps.
  • Enfin, tournez la tête à droite et bougez les yeux (toujours fermés) à gauche dans le sens inverse.
  • Faites pareil de l’autre côté.

La mobilité de la mâchoire et de la langue

Les muscles des mandibules et le plancher musculaire sur lequel repose la langue sont des zones souvent extrêmement tendues.

Pour favoriser le relâchement, effectuez des mouvements simples face au miroir :

  • ouvrez et fermez la bouche en veillant à conserver une langue plate et décontractée ;
  • bouche ouverte, faites bouger le menton de droite à gauche ;
  • bouche ouverte et langue sortie, faites aller la langue à droite et à gauche sans bouger le menton.

Ces exercices de faible amplitude amènent à retrouver une mobilité cervicale digne de ce nom. Commencez dans un premier temps par la zone cervicale qui est la plus facile à travailler. Passez ensuite aux yeux et à la langue.

Les plantes qui soulagent

Comme toujours en permathérapie, les plantes ne viennent pas soigner, mais soutenir l’organisme dans son réaccordage.

L’hydrolat de tilleul est utilisé pour sa Dynamique Aggradante. Il calme la pression et le bouillonnement intérieur ressenti lors des céphalées de tension. Il sert d’ailleurs aussi pour les troubles du sommeil et les tempêtes émotionnelles. Pour les céphalées, l’utilisation de l’hydrolat de tilleul varie selon l’expression de vos douleurs :

Cas 1 : Elles apparaissent de façon ponctuelle à des heures bien précises ? Prenez 1 à 2 cuillères d’hydrolat dans l’heure qui précède.

Cas 2  : Vous ne savez jamais à quel moment elles vont survenir ? Mettez une cuillère à soupe d’hydrolat dans un litre d’eau et étalez la prise de cette boisson sur la journée. Cette utilisation continue de l’hydrolat ne doit pas excéder un mois, bien que le risque d’erreur avec les hydrolats soit très faible.

Les huiles essentielles de camomille romaine (Chamaemelum nobile) ou de Marjolaine des jardins (Origanum majorana) s’appliquent sur les cervicales ou à la base du crâne (en dehors des 3 premiers mois de grossesse et de l’allaitement).

Attention à la menthe poivrée (Mentha piperita). Souvent conseillée et utilisée pour les maux de tête, elle est pourtant loin d’être pertinente. Vous pouvez cependant la sentir dans un premier temps et observer votre réaction à cette odeur.

Vous l’aurez compris, le mot d’ordre est le relâchement ! S’autoriser des moments de détente physique et psychique est indispensable pour réduire les céphalées de tension. Les médecines complémentaires apportent un regard global qui prend en compte et traite les origines des céphalées et leurs répercussions sur le corps.

  1. Tension-type headache, A Fumal, J Schoenen, 2005
  2. Tension-type headache. Narrative review of physiotherapy treatment, JA Del Blanco Muniz, 2018
  3. Céphalées, OMS, 2016

Cet article a 2 commentaires

  1. Ballester

    Merci pour cet article très intéressant et instructif !
    Bien à vous
    Françoise Ballester

  2. Sarah

    Super conseils et exercices ! J ai hate de pouvoir les appliquer.
    Merci 🙏

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.