Hydrolats : 9 Erreurs de débutant à ne jamais commettre

Vous avez déjà entendu parler des hydrolats et de leurs bienfaits ? Vous souhaitez les tester, mais vous avez des doutes ? Est-ce bon pour les enfants ? Le surdosage n’est-il pas risqué ? Et bien d’autres encore ? Ce sont des préjugés auxquels il faut impérativement cesser de croire ! Pour cela, découvrez tout de suite les 9 erreurs concernant l’utilisation des hydrolats, et mettez un bon coup de pied aux idées reçues !

Vous risqueriez de passer à côté de leurs bienfaits et d’en priver votre famille !  

Débuter avec les hydrolats, les 9 erreurs à ne plus commettre
Débuter avec les hydrolats, les 9 erreurs à ne plus commettre

Erreur n° 1 : Confondre hydrolat et eau de fleur

« Hydrolat ? C’est de l’eau de fleur, non ? » Eh bien non !

Méconnaissance ou préjugés, beaucoup les confondent. C’est pourquoi un petit rappel s’impose. Il existe différents types de dénomination.

Tout d’abord, il faut savoir que l’hydrolat est le produit de la distillation d’une plante (ex. : hamamélis, bleuet, tilleul…), ou d’un champignon (ex. : Agaricus).

Il existe également les hydrolats aromatiques, qui eux, sont obtenus à partir de la distillation d’une plante aromatique (ex. : basilic, thym, lavande…).

On trouvera également l’eau florale, souvent utilisée pour désigner les hydrolats de fleur

L’eau de fleur, quant à elle, peut très bien désigner un hydrolat, certes (ex. : eau de rose, eau de fleur d’oranger), mais c’est aussi une macération de pétales dans l’eau. Dans ce cas, ce n’est donc plus un hydrolat, car le procédé utilisé n’est plus la distillation. Il s’agit plutôt d’une décoction ou d’une infusion. 

Laisser macérer des pétales de rose dans de l'eau ne donnera pas un hydrolat de rose
Laisser macérer des pétales de rose dans de l’eau ne donnera pas un hydrolat de rose

Erreur n° 2 : Faire la confusion entre les propriétés d’un hydrolat et celles d’une huile essentielle

« Les huiles essentielles et les hydrolats ont les mêmes principes actifs, c’est donc un peu la même chose ». C’est totalement faux !

Même si leurs propriétés sont souvent proches, elles ont chacune leurs propres indications. Par exemple, l’hydrolat de camomille peut être utilisé pour les inflammations oculaires, alors que l’huile essentielle ne sera pas destinée à ce type de trouble.

Nous pouvons également citer la carotte sauvage. Utilisée en hydrolat, elle peut très bien accompagner un traitement conventionnel pour la régulation de la tension artérielle. Ce ne sera pas le cas d’une huile essentielle.

Leur concentration en principes actifs n’est en rien comparable. La grande douceur des hydrolats en fait des alliés parfaits pour les bébés et les personnes fragiles, contrairement aux huiles essentielles. 

L'huile essentielle de carotte sauvage et son hydrolat ont différentes
L’huile essentielle de carotte sauvage et son hydrolat ont différentes

Erreur n° 3 : Craindre le surdosage

« Les intoxications dues à un surdosage d’huiles essentielles sont monnaie courante. Cela vaut aussi pour les hydrolats ». Détrompez-vous !

Étant peu concentrés en principes actifs (bien qu’ils en contiennent), les hydrolats présentent très peu de risques de surdosage.

Les effets indésirables sont très rares, ou du moins sans gravité. Par exemple, une surconsommation de l’hydrolat de cannelle (des litres de consommation) provoquera une simple diarrhée.

Il n’y a donc aucun danger. En cas d’ingestion d’une dose supérieure à la dose conseillée, il n’est pas nécessaire de contacter le centre antipoison.

En cas d’application importante dans les yeux, un rinçage à l’eau suffira amplement.

Erreur n° 4 : Ne pas utiliser les hydrolats chez les enfants

« Les hydrolats ne sont pas recommandés chez les enfants, voire même dangereux chez les bébés ». Eh bien c’est faux !

Ils sont au contraire très conseillés, de par leur douceur et leur bonne tolérance.

Utiliser un hydrolat chez l’enfant devrait même être le premier réflexe à avoir, avant d’utiliser d’autres types d’extraits de plantes.

Les hydrolats sont des alliés précieux auprès des bébés, pour les soins, le bain, mais aussi pour l’alimentation (ex. : ajoutés au biberon pour calmer les bébés agités).

C’est la forme d’extrait de plante la plus adaptée pour les plus jeunes, de par sa fiabilité, sa légèreté et ses effets bénéfiques. 

Les bébés tirent un grand bénéfice des hydrolats, en particulier dans le bain
Les bébés tirent un grand bénéfice des hydrolats, en particulier dans le bain

Erreur n° 5 : Ne pas en faire profiter toute la famille

Vous aimeriez utiliser les hydrolats pour vous et votre famille, mais vous pensez que cela va être compliqué ? Vous êtes sous traitement médicamenteux, votre enfant a des allergies, le petit dernier n’a que quelques mois ?

Sachez que les hydrolats ne présentent aucune contre-indication, et aucun phénomène d’accoutumance. Tout le monde va pouvoir en profiter !

Un des grands avantages des hydrolats est que l’on va pouvoir les boire purs, ou dilués. Par conséquent, ils pourront être ajoutés sans problème dans la carafe d’eau familiale, afin que tous les membres puissent en bénéficier.

Une cuillère à soupe d’hydrolat de roses suffira à calmer les tensions au sein du foyer.

Votre famille a besoin d’un peu d’énergie ? L’hydrolat de menthe saura leur donner un bon coup de fouet.

Vous l’aurez compris, les hydrolats sont une forme atténuée et moins puissante que les huiles essentielles, qui offre l’avantage de convenir à tous. 

Erreur n° 6 : Penser que ce n’est que de l’eau

Vous doutez de l’efficacité des hydrolats ? Tout comme pour l’homéopathie, vous vous posez des questions sur leur véritable utilité ?

Certes, les hydrolats sont faits à partir d’eau, mais ils contiennent aussi des principes actifs hydrophiles, c’est-à-dire qui vont être solubles dans l’eau.

Parmi eux, on retrouve des aldéhydes aromatiques, des phénols, des terpènes… Ce sont des types de molécules que l’on retrouve également sous forme hydrophobe dans les huiles essentielles.

La présence de l’eau dans les hydrolats est importante : elle constitue le « messager » de la plante, car c’est elle qui va en véhiculer les bienfaits. 

L'eau joue de le rôle de messager de l'esprit de la plante
L’eau joue de le rôle de messager de l’esprit de la plante

Erreur n° 7 : Penser que le bio c’est trop cher

« Pour avoir un bon hydrolat, il faut l’acheter bio, et c’est donc plus cher ». Encore une fois, c’est faux !

Il faut savoir que l’hydrolat ne doit pas être forcément bio pour être bon ! L’important est la qualité de la plante dont il est issu. En effet, lors de la distillation, les principes actifs contenus dans la plante sont récupérés.

Par conséquent, les pesticides et les polluants sont également extraits. C’est pourquoi il faudra éviter d’utiliser des hydrolats issus de plantes provenant de culture intensive : vous aurez toutes les chances de trouver beaucoup de pesticides.

L’hydrolat ne devra donc pas être forcément bio, mais il faudra exiger une plante de qualité irréprochable.

L’appellation bio est donc un gage de confiance, mais sachez que des labels existent également. 

Erreur n° 8 : Utiliser des hydrolats cosmétiques à la place des hydrolats thérapeutiques

« Il n’y a aucune différence entre les hydrolats cosmétiques et ceux thérapeutiques ». De plus en plus d’hydrolats sont vendus en cosmétique. Mais attention ! Qui dit cosmétiques, dit ajout de conservateur !

Si vous souhaitez un hydrolat thérapeutique, c’est-à-dire 100 % sans conservateur, alors c’est fortement déconseillé.

L’hydrolat thérapeutique se conserve très peu de temps, entre six mois et deux ans maximum.

Le conservateur va venir modifier l’équilibre des principes actifs et risque même de rendre l’hydrolat inutilisable.

De plus, ses propriétés seront réduites, car il ne pourra pas être utilisé par voie orale, ou par lavement. 

Erreur n° 9 : N’utiliser les hydrolats que pour se démaquiller

Beaucoup de femmes utilisent l’hydrolat pour le démaquillage et pensent souvent à tort que c’est sa principale fonction. Il suffit de faire des recherches sur Internet pour trouver que l’hydrolat est surtout proposé en produit cosmétique, notamment pour le démaquillage. Mais son champ d’action ne s’arrête pas là, et son utilisation est bien plus vaste. Les hydrolats peuvent être bus, mais ils peuvent aussi être utilisés : 

  • en bain de bouche ; 
  • en bain d’yeux ; 
  • en lavement vaginal ; 
  • en lavement anal ; 
  • en voie cutanée ; 
  • en diffusion atmosphérique ; 
  • en bain aromatique…
Un hydrolat est bien plus qu'une eau démaquillante
Un hydrolat est bien plus qu’une eau démaquillante

Vous connaissez maintenant les 9 mythes à fuir concernant les hydrolats. Composés des mêmes propriétés que les huiles essentielles, ils sont un excellent compromis, de par leur douceur et leurs risques quasi inexistants.

Leurs vertus étant nombreuses et prouvées, toute la famille pourra en profiter.

Alors, oubliez les clichés, et faites-en l’expérience !

Pour en savoir plus et apprendre à les utiliser au quotidien, rendez-vous sur ma Pharmacie Naturelle.

Article publié avec la collaboration de Priscilla Caruso Mucciante, rédactrice web SEO en formation Origami III Lucie Rondelet : linkedin.com/priscilla-caruso-mucciante @ : pcarusomucciante@gmail.com

Cet article a 13 commentaires

  1. Bonjour Loïc,
    Merci pour cet article qui m’a fait découvrir les hydrolats, dont je n’avais jamais entendu parler ! Cet article m’a donné quelques idées, et je m’en vais faire quelques recherches pour voir si certains peuvent me correspondre. Merci encore !

    1. Tu as des dizaines d’articles qui te présentent les hydrolats et leurs indications, sur ce blog. Bonne lecture !!

  2. bonjour Loïc merci pour cet article qui m’a appris que je pouvais utiliser les hydrolats pour toute ma famille; Je m’interrogeais sur la dose d’hydrolat de rose dans mes préparations froides maintenant je n’ai plus d’inquiétude puisque je peux doser sans danger.

  3. J’ai adoré ton article.
    J’utilise plus les huiles essentielles que les hydrolats donc je suis toujours à la recherche d’information. Je conseille quand même bcp les hydrolats surtout pour les enfants.
    Bonne journée
    Béa

    1. C’est qu e tu n’as pas encore eu l’occasion de goûter la puissance et la beauté des hydrolats… Il n’est pas trop tard 😉

      Blague à part, huiles essentielles et hydrolats ont des champs d’action différents. Ils méritent d’être exploré et utilisé aussi bien pour le soin que pour le prendre soin.

  4. Sujet très bien choisis et trop peu traité! Merci beaucoup pour cet article

  5. Très bon article Loïc. Merci pour toutes ces informations.
    Je suis un utilisateur régulier d’huiles essentielles mais je ne connaissais pas les hydrolats.
    La découverte du jour. Je vais m’y intéresser de près à partir de maintenant.
    Bonne journée !
    Olivier

  6. Et bien, je connais maintenant la différence avec un hydrolat et une eau de fleur, que j’avais tendance à utiliser pour vulgariser auprès de mon entourage.
    Est ce qu’il y a une dose en voie interne plus adaptée pour les enfants ?

    1. Cela dépend de l’hydrolat et de l’objectif.
      Disons qu’une cuillère à café 3 fois par jour pour une problématique physique et aiguë. Et 1 cuillère à café par jour pour du chronique et où plus psychique.

  7. Bonjour, je trouve que le point 8 n’est pas très clair. D’après un Aromathérapeute suisse, les Ha ont des CI comme les He. Qu’en pensez-vous?

    1. Je ne connais pas cet aromathérapeute suisse, il est donc difficile de répondre précisément.
      Un contre-indication est une circonstance où il serait dangereux d’utiliser un traitement. Qelque fois, il y a confusion entre contre-indication et non-indication. Dans le second cas, c’est tout simplement que le produit n’est pas indiqué.

      Certains hydrolats présentent des molécules toxiques. Ces hydrolats ne sont pas disponibles à la vente. La législation ne considérant pas les hydrolats comme des produits thérapeutiques mais comme de produits cosmétiques, ils ne peuvent être vendus.
      Les hydrolats accessibles dans le commerce n’ont pas de contre-indication.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Loïc

Professionnel de santé, diplômé en masso-kinésithérapie, je m’intéresse aux pratiques de soin centrées sur la personne. Conférencier et formateur, j'exerce depuis plus de 15 ans. J'ai complété mes connaissances par une formation universitaire en Fasciathérapie (4 ans), l'apprentissage de la Microkinésithérapie (3 ans), des Réflexologies (5 ans), du Shiatsu (Minna san do so). L'aromathérapie, l'hydrolathérapie, la gemmothérapie et l'homéopathie sont venues enrichir mon travail pour rendre la personne actrice de son soin et autonome.
Fermer le menu

Téléchargez tout de suite Les 10 remèdes naturels indispensables au quotidien