Huiles essentielles : 10 Erreurs de débutant à ne jamais commettre

Vous avez envie de vous soigner avec les Huiles Essentielles (HE) ? Et vous savez que l’aromathérapie est efficace mais non dépourvue de risques. Vous recherchez des conseils pertinents et fiables. Après avoir vu les 3 précautions (dans cet article) à prendre avant d’utiliser les huiles essentielles, faisons le point des 10 erreurs à ne jamais commettre quand on débute avec les huiles essentielles.

Débuter avec les huiles essentielles, les 10 erreurs à ne plus commettre
Débuter avec les huiles essentielles, les 10 erreurs à ne plus commettre

Erreur N° 1 : Croire que l’aromathérapie est une médecine douce

L’aromathérapie est une branche de la phytothérapie qui veut dire traitement (thérapie) par les plantes (phyto).
L’aromathérapie s’appuie sur les principes de la médecine conventionnelle. 

Les Huiles Essentielles sont des concentrés actifs issus des plantes. 

L’aromathérapie n’est pas une médecine douce : elle présente des indications, des précautions d’emploi, des effets secondaires et des contre-indications. Son action est réelle et puissante : une erreur en aromathérapie peut se révéler dangereuse.
Il est donc indispensable de choisir une huile essentielle qui vous corresponde à un moment donné et dont l’indication répond précisément à votre besoin.

Erreur N° 2 : Utiliser des Huiles Essentielles de qualité non thérapeutique

Les Huiles Essentielles utilisées en aromathérapie doivent répondre à des critères stricts de qualité. 

Vous devez toujours choisir une Huile Essentielle :

  • 100 % pure : une huile essentielle ne doit être ni coupée, ni mélangée
  • 100 % naturelle et intégrale : aucune substance active ne doit avoir été retirée de la composition d’origine
  • biologique : la qualité biologique ou pas d’une huile essentielle a son importance mais n’a pas d’incidence sur l’action thérapeutique. Le choix dépend surtout de l’éthique personnelle de l’utilisateur.
  • chémotypée : la composition biochimique des huiles essentielles est très diversifiée et varie en fonction des conditions de vie (biotope) de la plante. Des analyses physico-chimiques permettent de déterminer les chémotypes (CT), sorte de carte d’identité, des huiles essentielles extraites d’une même plante

Deux chémotypes de la même huile essentielle présentent des actions et une toxicité différentes.

Le thym, Thymus vulgaris de son nom latin, est particulièrement représentatif. Il présente plus d’une dizaine de chémotypes :

  • Thymus vulgaris à thujanol : emploi aisé, bien toléré par la peau ;
  • Thymus vulgaris à thymol : dermocaustique, hépatotoxique à doses élevées et lors d’une utilisation prolongée.
  • etc.
Le Thym, une même plante pour de nombreux extraits différents
Le Thym, une même plante pour de nombreux extraits différents

Erreur N° 3 : Confondre Huile Essentielle et plante

L’aromathérapie utilise des extraits aromatiques de plantes et la phytothérapie emploie la plante entière ou une partie de plante (parties aériennes, racines).

Les propriétés d’une plante ne sont pas identiques aux propriétés de l’huile essentielle de la même plante.

Ainsi si votre enfant de 5 ans souffre de maux de gorge, vous pouvez lui préparer une tisane de thym. En revanche une huile essentielle de thym à thymol est vivement contre-indiquée chez l’enfant de cet âge et n’a aucune indication contre les laryngites. C’est un tonique nerveux, énergisant.

Erreur N° 4 : Confondre Huile Essentielle et huile végétale

La distillation par entraînement à la vapeur d’eau de plantes aromatiques permet d’obtenir un liquide en 2 phases : l’huile essentielle et l’hydrolat (eau florale aux propriétés également utilisées).

L’huile essentielle est un liquide concentré, constitué de nombreux composants principes actifs : terpènes, cétones, aldéhydes, phénols, esters… aux propriétés et actions diverses et intéressantes.

Les huiles végétales proviennent de l’expression à froid ou à chaud de fruits oléagineux. Le terme ”huile grasse” serait plus juste mais le terme ”huile végétale” est communément accepté et employé.

Il est indispensable de faire la différence entre les huiles végétales extraites de plantes oléagineuses et les huiles essentielles extraites de plantes aromatiques distillées : leurs propriétés et leurs actions sont effectivement très différentes.

L’huile essentielle de Laurier noble, Laurus nobilis, est obtenue par distillation des feuilles de laurier et combat les douleurs ;

En savoir plus avec la Fiche Huile Essentielle de Laurier noble

Huile essentielle de Laurier Noble, l'huile essentielle qui redonne de la puissance
Huile essentielle de Laurier Noble, l’huile essentielle qui redonne de la puissance

L’huile végétale de baies de Laurier est extraite du fruit oléagineux du Laurier. Elle présente de nombreux bienfaits pour la peau et entre dans la composition du savon d’Alep.

Ainsi l’huile essentielle de Laurier et l’huile végétale de Laurier peuvent être complémentaires mais n’ont pas les mêmes indications.

Erreur N° 5 : Confondre Huile Essentielle et essence

Contrairement à une huile essentielle , une essence est obtenue par expression (écrasement) de l’épicarpe (partie extérieure de la peau) des fruits des arbres de la famille des Rutacées c’est-à-dire les agrumes (citron, orange, pamplemousse, etc). 

L’épicarpe, dur, contient des glandes à essence donnant le zeste.

L’odeur d’une essence est parfaitement fidèle à l’odeur de l’agrume correspondant.

Les agrumes, ici la bergamote permettent de produire des essences
Les agrumes, ici la bergamote, permettent de produire des essences.

Les furocoumarines, molécules présentes dans les essences, sont photosensibilisantes. Par conséquent l’exposition au soleil même en hiver est proscrite en cas d’application d’une essence sur la peau.

Erreur N° 6 : Rincer les Huiles Essentielles à l’eau en cas d’accident

Les huiles essentielles sont comme des médicaments et peuvent être à l’origine d’accidents : ingestion, projection dans les yeux, contact avec une muqueuse.

En cas d’accident avec une huile essentielle , le rinçage à l’eau de la peau ou de la muqueuse est la pire chose à faire. En effet les huiles essentielles sont hydrophobes : elles ne sont pas miscibles à l’eau. 

L’eau accentue la pénétration de l’huile essentielle dans la peau et donc la toxicité de l’huile essentielle .

Que faire ?

  • rincer, appliquer ou ingérer une huile végétale pour protéger la peau ou la muqueuse. Dans l’urgence vous ouvrez votre placard de cuisine et saisissez l’huile végétale qui s’y trouve : huile d’olive, de tournesol, de colza ;
  • contacter le Centre Antipoisons : 070 245 245 (appel gratuit).

Erreur N° 7 : Interdire les Huiles Essentielles en cas d’asthme

Les pneumologues et les allergologues sont très méfiants vis à vis des huiles essentielles. Certaines huiles essentielles sont fortement déconseillées chez le patient asthmatique mais ce n’est pas une règle générale. 

La volatilité des molécules aromatiques présentes dans les huiles essentielles constitue en effet un danger à maîtriser chez les sujets souffrant d’asthme.

Il est vivement déconseillé dans une maison habitée par une personne asthmatique de diffuser des huiles essentielles ou d’utiliser des produits parfumés tels que des parfums ou des désodorisants d’intérieur.

Le vent transporte les odeurs

En revanche, un protocole établi par un aromathérapeute compétent est très efficace pour traiter l’asthme. En quelques semaines, l’inflammation de la muqueuse pulmonaire diminue, les bronches se dilatent et la capacité respiratoire s’améliore de façon significative.

De même, les huiles essentielles ne sont pas systématiquement interdites en cas d’épilepsie, de cancers hormono-dépendants ou de terrain allergique.

Erreur N° 8 : Diffuser toutes les Huiles Essentielles

Nous pouvons répartir les huiles essentielles en 3 groupes :

  1. Les huiles essentielles qui sont interdites à la diffusion ;
  2. celles qui sont autorisées en diffusion pure ;
  3. et celles qui sont autorisées en diffusion mais diluées à d’autres huiles essentielles .

Pour tout savoir sur la diffusion aromatique, lisez donc cet article

L’huile essentielle de Menthe poivrée (Mentha piperita) peut être diffusée à condition de le faire de façon extrêmement précautionneuse : en très faible quantité et mélangée à d’autres huiles essentielles.

Certaines huiles essentielles ne peuvent pas être diffusées. C’est le cas de l’huile essentielle de Cannelle écorce (Cinnamomum zeylanticum éc.) en raison de son agressivité.

Pour les inconditionnels, rassurez-vous l’hydrolat peut être diffusé !

hydrolat de cannelle
L’hydrolat de cannelle, l’hydrolat qui réchauffe le corps et le cœur

Les huiles essentielles de Ravensara anisé (Ravintsara anisata), de Persil (Petroselinum crispum), de Noix de muscade (Myristica fragrans) sont également dangereuses en diffusion. Il s’agit globalement d’huiles essentielles dont la composition présente des esters, famille moléculaire potentiellement toxique.

Erreur N° 9 : Jeter une huile essentielle périmée

La loi oblige les fabricants à indiquer une date de péremption sur tous les produits de consommation courante. Le délai maximal autorisé est de 5 ans.

Certains produits comme le miel ou les huiles essentielles de qualité thérapeutique sont pourvus d’une date de péremption. Pourtant ils ne se dégradent pas avec le temps dans des conditions optimales de conservation.

Les huiles essentielles peuvent être conservées jusqu’à 5, 10, 15, 20 ans. Et plus encore…

Donc, avant de jeter votre huile essentielle, fiez-vous à votre meilleur allié, votre nez, pour savoir si votre huile essentielle est périmée : l’odeur ne doit pas être altérée.

Erreur N° 10 :  Diluer systématiquement les huiles essentielles

Certaines huiles essentielles , en raison de leur potentielle toxicité, nécessitent une dilution.

D’autres huiles essentielles peuvent être utilisées pures sans aucun problème. C’est le cas notamment de : 

La dilution ne se réalise jamais dans de l’eau : c’est une règle absolue.

En fonction de la voie d’administration de l’huile essentielle, vous choisissez une huile végétale ou un des diluants suivants : miel, sucre, comprimé neutre, morceau de pain sur lesquels vous disposez les gouttes de votre huile essentielle.

Il est toujours préférable de suivre précisément les conseils de votre thérapeute.

Vous connaissez maintenant les 10 erreurs de débutant à ne jamais commettre avec les Huiles Essentielles et vous souhaitez aller plus loin en aromathérapie.

Pour prendre soin de vous au naturel, vous aimerez sans aucun doute Ma Pharmacie Naturelle.

10 réflexions sur “Huiles essentielles : 10 Erreurs de débutant à ne jamais commettre”

  1. Merci pour ce rappel des règles de sécurité ! J’utilise depuis maintenant plusieurs années les huiles essentielles pour toute la maison, enfants et adultes ; -) Et c’est clairement très efficace mais il faut être prudent en les utilisant donc merci pour cet article !

  2. Tes conseils sont très judicieux. Je ne savais par exemple pas du tout qu’il ne fallait absolument pas rincer une huile essentielle à l’eau. Merci !

  3. Géniales ces règles de bonne conduite !
    J’ai trouvé particulièrement intéressant le point sur les HE à diffuser. Etant adepte du diffuseur, je ne m’étais jamais vraiment posé la question de la dangerosité ou non du choix des HE à diffuser.
    A bientôt

    • Eh oui, même les odeurs peuvent être irritantes.
      Je précise qu’en olfaction (à respirer directement) il n’y a pas les mêmes contraintes. Toutes les huiles en vente libre peuvent être respirée… et son plu sou moins agréable 😏🤢😬

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.