C’est quoi une huile essentielle ?

Cet article est lu en 6 minutes, le temps de prendre une petite tisane et une belle respiration ?

Présentes, désormais, dans les étals des supermarchés, les huiles essentielles ont fait leur entrée dans nos quotidiens. Lavande, romarin, camomille noble ou encore menthe poivrée, les propriétés thérapeutiques sont mises ne avant. Dans les produits ménagers, les cosmétiques ou encore la cuisine, le label à base dhuile essentielle est très prisé. Il s’agit, à n’en point douter, bel et bien d’un produit naturel aux nombreux bienfaits !

C'est quoi une huile essentielle, ce qu'il faut absolument savoir pour les utiliser correctement
C’est quoi une huile essentielle, ce qu’il faut absolument savoir pour les utiliser correctement

De l’essence à l’huile essentielle

L’histoire des huiles essentielles est aussi ancienne que floue. L’utilisation des parfums des plantes est vieille comme l’humanité. Cependant cela ne signifie pas qu’on utilise les huiles essentielles depuis la nuit des temps !

Les plantes, dont on extrait les parfums, sont ce que l’on nomme des plantes aromatiques. Les plantes aromatiques sont un petit groupe de plantes, qui ont la particularité d’avoir des petites poches de produits odorants, l’essence.

Ces molécules végétales actives sont libérées par certaines parties de la plante, tout au long de sa vie afin de la protéger de son environnement ou de lui permettre de communiquer avec son environnement.

Selon la plante, ces essences sont produites au niveau :

  • des fleurs (ex. ylang-ylang)
  • du fruit (ex. poivre noir)
  • des feuilles ou des rameaux feuillus (ex . tea tree, eucalyptus radié, genévrier)
  • de l’écorce (ex. cannelle)
  • des racines (ex. gingembre)

Certaines plantes peuvent produire des différentes essences. Les feuilles produiront une essence différentes des fleurs par exemple. C’est le cas du bigaradier qui permet d’obtenir du Néroli (Citrus aurantium fl.), du Petit Grain Bigarade (Citurs aurantium fe.) et de l’essence d’Orange amer (Citrus aurantium z.).

Une essence n’est pas une huile essentielle. Pour qu’il y ait huile essentielle, il doit y avoir distillation.

La précieuse huile

Il existe de  nombreuses techniques pour extraire les parfums d’une plante, comme l’enfleurage par exemple. Dans ce procédé nous récupérons l’essence de la plante aromatique ou le parfum de la fleur.

Cette essence a strictement la même odeur que la plante à l’état sauvage.

Un alambic transmute la plante en huile essentielle. La distillation est un acte d'alchimie !

Un alambic traditionnel


Une distillation est un procédé chimique bien différent. Dans un alambic, en distillant une plante, on la met en contact avec de l’eau sous forme de vapeur.

Puis on récupère et refroidit cette vapeur chargée de molécules aromatiques dans ce qu’on appelle un vase florentin qui permet de séparer les 2 produits obtenus : l’huile essentielle et l’hydrolat.

La distillation à la vapeur d’eau permet d’éclater les fameuses poches d’essence mais pas seulement. Elle occasionne également des réactions chimiques plus ou moins importantes. Les essences distillées deviennent alors huile essentielle.

L’huile essentielle présente une odeur différente de la plante à l’état sauvage.

Alors oui, les huiles essentielles sont des produits d’origine naturelle, mais non ce ne sont pas des produits naturels dans le sens où ils ont subit une transformation.

La distillation a également pour effet d’accumuler les principes actifs.

Utiliser une huile essentielle

Les huiles essentielles sont un concentré des moyens que la plante va utiliser, à la fois pour communiquer avec les autres plantes, mais aussi pour se protéger.

Les huiles essentielles sont donc particulièrement pertinentes dans tout ce qui concerne les infections le domaine immunitaire en particulier.

Toutes les huiles essentielles ont une action antiseptique, anti-infectieuse, plus ou moins puissante. Certaines agiront plus sur des bactéries, d’autres des mycoses (champignons) ou d’autres encore sur des parasites.

Les huiles essentielles ont également la particularité d’agir sur les virus à différents niveaux (destruction des virus, limitation de leur absorption et de leur prolifération).

Elles sont utilisées dans de nombreux autres domaines que l’immunologie ou l’infectiologie. Nous pouvons profiter de leurs vertus pour calmer des articulations douloureuses, inflammatoires, favoriser une digestion lente ou encore apaiser un plexus solaire tendu. Toutefois, les bronchites, les infections ORL, digestives ou cutanées sont les domaines dans lequel l’aromathérapie est la plus pertinente, là où elle a vraiment son champ d’action privilégié.

Le royaume des odeurs

En plus de protéger la plante, les essences lui permettent de communiquer. 

Nos flacons d’ huiles essentielles sont donc également un concentré de “communication”… En effet leur inhalation a un effet très puissant sur notre psychisme et notre état émotionnel.


Les odeurs, un monde à part entière

Notre odorat est un sens qui est lié directement aux zones archaïques de notre cerveau. En particulier, celles qui gèrent en partie nos émotions et nos comportements.

Chaque huile essentielle a un impact spécifique sur le psychisme de la personne. Cet impact dépend de la composition de l’huile essentielle mais également de l’histoire de la personne.

Une huile essentielle n’a donc pas à proprement parlé une odeur agréable. Elle a une odeur qui sera plus ou moins apprécié selon l’impact qu’elle aura sur la personne.

L’huile essentielle de géranium rosat (Pelargonium asperum) sera chez certains apaisante et et chez d’autre plutôt stimulante.

J’ai eu l’occasion d’observer à de nombreuses reprises des personnes qui détestaient une odeur, et qui après une séance disaient adorer la même odeur, sans la reconnaître !

Deux dimensions de l’Homme

Les huiles essentielles agissent donc sur notre immunité et notre état émotionnel. Ceci correspond à 2 dimensions de Vie de la personne : Émotion et Relation.

  • L’immunité est notre capacité à accueillir ou non l’extérieur. C’est un système qui nous met en relation avec le monde extérieur.
  • Il est intéressant de constater que cette dimension correspond également à la dynamique que porte notre système respiratoire… Les huiles essentielles respirées viennent stimuler notre respiration, notre rapport à l’extérieur et notre état émotionnel.

Des applications extrêmement variées

Les huiles essentielles s’utilisent aussi bien localement que de manière systémique (action globale). Il existe de nombreuses formes d’actions qui permettent de profiter de leurs propriétés.

  • la voie interne : on  ingère l’huile, soit pure, soit diluée sur un support (comme du miel, de la mie de pain, une huile végétale, un sucre ou encore un comprimé neutre)
  • la diffusion atmosphérique, avec un diffuseur adapté qui ne chauffera pas l’huile essentielle, au risque de la détériorer
  • dans un bain aromatique, où nous ajoutons un solubilisant pour permettre à l’huile essentielle de bien se mélanger à l’eau. Le solubilisant peut être du lait ou un solubilisant de synthèse
  • pour un massage aromatique : on vient masser une partie ou la totalité du corps. Dans ce cas-là, l’huile essentielle sera évidemment diluée dans une huile ou un beurre végétal (amande douce, jojoba, karité, etc.) sauf s’il s’agit d’un embaumement (technique à n’utiliser que sous le contrôle d’un spécialiste).

Il existe également des préparations (nommées forme galéniques) très diverses. Comme :

  • une synergie avec uniquement des huiles essentielles
  • avec du beurre de karité
  • de l’aloés
  • les cérats, préparations à base de cire d’abeille
  • les talcs aromatiques
  • les huiles aromatiques
  • les vinaigres aromatiques
  • les chocolats aromatiques
  • les suppositoires
  • les ovules…
Votre pharmacien est la personne la plus indiquée pour réaliser des préparations.
N’hésitez pas à lui demander conseil.

Vous voyez ainsi que le champ galénique de l’aromathérapie est extrêmement large, et c’est ce qui fait tout son intérêt.

Ces différentes présentations permettent une utilisation très large. Ainsi les voies d’administration sont très variées : par voie sublinguale, cutanée, olfactive, endorectale…

Primum non nocere

Cette maxime “avant tout ne pas nuire” prend tout son sens lorsqu’il s’agit d’huiles essentielles. Que ce soit pour stimuler la circulation sanguine, apaiser des douleurs digestives ou encore calmer un rhume ou une inflammation, elles sont particulièrement actives et présentent des contre-indications et des précautions d’usage qu’il est fondamental de respecter.

Parler de médecine douce est trompeur. Cela sous-entend que tout va être fait avec douceur, tranquillement, sans danger. Or les plantes et leurs extraits, dont les huiles essentielles, méritent d’être considérés comme des traitements à part entière. Avec leurs indications, leurs contre-indications et toutes les précautions qui s’imposent.

Il est facile de croire que ces quelques gouttes d’huile essentielle, diluées de surcroît, puissent nous mettre à mal. Pourtant, encore aujourd’hui, les brûlures, maux de tête et autres démangeaisons provoquées par une mauvaises utilisations des huiles essentielles sont courantes. Et ce ne sont que les situations les moins graves.

Les femmes enceintes ou les personnes asthmatiques ou épileptiques devront être particulièrement vigilantes et consulter un aromathérapeute en cas de doute.

Je ne saurais que vous inviter à vous renseigner avant d’utiliser une huile essentielle. Même si votre voisin, ou votre amie vous garantie qu’elle est sans danger et lui a fait beaucoup de bien !

Prenez soin de vous,

Loïc

Pour bien utiliser une huile essentielle, il faut connaitre ces règles de bases.

Cet article a 11 commentaires

  1. Damour

    Bonjour
    Merci pour ce résumé très condensé de ce qu’est une huile essentielle. Je m’interroge de plus en plus sur la qualité de ces huiles essentielles au vu des écarts de prix existant.
    Auriez-vous vous des conseils à ce sujet ?
    Merci pour votre retour
    Véronique D

  2. Eliane

    Bonjour, c’est gentil de proposer gratuitement “Les dix remèdes naturels indispensables”, sauf que “la page recherchée n’existe pas”!

  3. REYNAUD

    Merci beaucoup pour ces informations.
    Je pratique les huiles essentielles depuis déjà longtemps, ne prétends pas tout connaître. Cependant je me mettrais de déconseiller de prendre des HE sur un sucre, qui n’est pas du tout indispensable à l’organisme, mais plutôt toxique. L’organisme n’a absolument pas besoin de sucre rajouté

  4. Anthony

    Une lecture didactique simple et proche du lecteur. Parfaite donc pour une meilleure attention du lecteur et la mémorisation de ses concepts.

  5. PRINCEAU

    Bonjour Loïc,
    Je suis novice. Je suis plutôt “fleurs de Bach”.
    Mais vous avez su susciter ma curiosité et c’est avec beaucoup d’intérêt que je lis vos articles et que j’attends le sommet. Je regrette seulement de ne pas pouvoir vous suivre en direct. Le replay m’instruira forcément!
    Je vous remercie pour vos articles très instructifs, intéressants et simples en compréhension.
    Pascale

  6. Pascale

    Merci pour toutes infos. Très intéressant et je me lance dans les H E. J ai hâte aussi de voir ces conférences même en replay. Merci. Pascale

  7. Frauche Valérie

    Bonjour,

    merci pour cet article , en revanche, le lien pour le livret en cadeau ne fonctionne pas !
    bien cordialement.

  8. Susanne Levesque

    Merci pour ces informations.
    Pour moi aussi, le lien n’existe pas. Dommage.

  9. Miral

    Bonjour Loic,
    Merci beaucoup pour votre résumé sur les huiles essentielles.
    Moi même étant passionnée par les huiles essentielles, j’ai travaillé en parapharmacie en grande distribution et actuellement en pharmacie.
    Je me tiens toujours informé dans le domaine de l’aromathérapie, pour conserver mes acquis.
    J’espère avoir d’autres fiches d’information.
    A bientôt.
    Isabelle.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Loïc

Professionnel de santé, diplômé en masso-kinésithérapie, je m’intéresse aux pratiques de soin centrées sur la personne. Conférencier et formateur, j'exerce depuis plus de 15 ans. J'ai complété mes connaissances par une formation universitaire en Fasciathérapie (4 ans), l'apprentissage de la Microkinésithérapie (3 ans), des Réflexologies (5 ans), du Shiatsu (Minna san do so). L'aromathérapie, l'hydrolathérapie, la gemmothérapie et l'homéopathie sont venues enrichir mon travail pour rendre la personne actrice de son soin et autonome.