Pourquoi se former aux huiles essentielles ?

Je vois fleurir chaque jour sur internet des propositions pour se former aux huiles essentielles. Des formations de niveaux très variables ! Certaines vont jusqu’à proposer un enseignement “professionnel” pour les particuliers. Et pourtant, à chaque fois je suis choqué !

Se former à l’aromathérapie

Ces formations existent parce que le public les demande. Il y a aujourd’hui en francophonie une demande de plus en plus forte pour se former à l’aromathérapie. Et il faut s’en réjouir.

Se former à l'aromathérapie demande du travail

Se former à l’aromathérapie demande du travail

Les huiles essentielles sont relativement simples à utiliser. Quelques gouttes suffisent le plus souvent pour un traitement. Elles sont très efficaces. Et les effets secondaires, quand on respecte bien les contre-indications d’usage, sont finalement réduits à peau de chagrin.

Cet engouement montre combien vous souhaitez prendre soin de vous et devenir responsable de votre santé.

La pertinence des informations

Dans la plupart des formations de qualité que j’ai pu rencontrer, l’accent est souvent mis sur la composition biochimique.

Il faut reconnaître que c’est un sujet passionnant. Cependant à moins d’être professionnel de la santé et d’avoir à anticiper des problématiques d’interactions complexes avec des médicaments ou de faire des recherches sur des sujets inexplorés, je ne saisis pas l’intérêt d’aborder cette dimension si précocement.

Et c’est là le problème.

L’aromathérapie n’est pas, comme son nom ne l’indique pas, une thérapie, une médecine à part entière. C’est une méthode de préparation et d’utilisation des plantes.

Cette remarque est également valable pour la phytothérapie qui n’est pas une médecine mais une pharmacopée !

Cette nuance pourrait sembler hors de propos ici. Et pourtant c’est de mon point de vue capital.

Il est important d’être bien guidé pour ne pas faire d’erreur

Les huiles essentielles pour déployer tout leur potentiel doivent être utilisées dans un cadre bien précis. Au delà des indications et des contre-indications, il faut préciser le contexte et les objectifs d’utilisation.

Les huiles essentielles ne font pas tout. Et quitte à se former (même pour son usage personnel) et à investir dans  une formation étalée sur 1 an, (pour les meilleures d’entre elles) ne faudrait-il pas mieux apprendre à utiliser le potentiel des plantes dans leur globalité ?

Je suis le premier à être en admiration devant le potentiel des huiles essentielles. Cependant, un peu de pratique nous amène assez rapidement à leurs limites tant à cause des contre-indications que des indications. Certaines régulièrement proposées dans les ouvrages grand public sont d’ailleurs loin d’être pertinentes.

Dans Se soigner autrement, je vous propose régulièrement des articles où je vous parle d’huiles essentielles mais également d’hydrolats et de bourgeons. Ce n’est pas un hasard ou une coquetterie de ma part.

Pour moi, ces produits de plantes sont complémentaires et permettent d’agir sur toutes les dimensions de la personne.

Entre Ciel et Terre

En médecine chinoise, il est dit que “l’Homme est entre Ciel et Terre”. Cette image nous indique qu’il existe 3 niveaux d’actions : le niveau Terre, celui Homme et celui Ciel.

L’Homme entre Ciel et Terre…

Le niveau Terre correspond à tout ce qui est d’ordre métabolique, notre fonctionnement de base. C’est ce qu’il y a de plus dense, de plus incarné en nous. Il correspond au niveau physique.

Le niveau Ciel correspond à tout ce qui est impalpable en nous, nos pensées, nos états d’être, etc. C’est ce qui est le plus subtil, le plus évanescent en nous. On pourrait le résumer en disant qu’il s’agit de notre niveau psychique.

Le niveau Homme est entre le niveau Terre et Ciel. Cela correspond à ce qui peut s’exprimer en nous comme un vecteur entre le Ciel et la Terre, entre le dense et le subtil. C’est à dire notre niveau émotionnel.

Ces niveaux sont relatifs. Ainsi, un organe est Terre, une émotion qui lui est associée est Homme et un état d’être correspondant est Ciel.

Une vision holistique

Pour pouvoir avoir une vision holistique, il est important de considérer à la fois les 5 dimensions de la personne mais également ces 3 niveaux. Et notre trio, huiles essentielles, hydrolats, bourgeons nous permet d’agir sur chacun d’eux.

Huile essentielle, hydrolat et élixir de bourgeon, le trio pour une bonne santé

Huile essentielle, hydrolat et élixir de bourgeon, le trio pour une bonne santé

Il est évident que ces 3 niveaux ne sont pas stricts. Ils ont surtout une valeur didactique pour nous aider à mieux saisir le fonctionnement du corps et les origines des perturbations.

Dans mon article sur les tempéraments hippocratiques, je vous explique comment choisir une huile essentielle en fonction de votre tempérament. C’est en effet une approche passionnante qui prend vraiment sens lorsqu’on y ajoute l’élixir de bourgeon adapté ou encore l’hydrolat correspondant.

En travaillant avec ces 3 niveaux, nous allons au cœur de notre constitution.

Sortons de la vision purement symptomatique, tant reprochée à la médecine conventionnelle, en proposant pour un symptôme, un médicament. Si vous remplacez médicament par huile essentielle, le problème reste le même !

Se soigner avec les pantes se doit d’être plus sage que d’utiliser des molécules de synthèse. Mais se soigner sans prendre en compte qui l’on est, est d’une grande pauvreté.

Prenez soin de vous,
Loïc

2 réflexions sur “Pourquoi se former aux huiles essentielles ?”

  1. Bonjour Loïc,
    J’entend ton point de vue et je suis d’accord avec toi sur le fait que se soigner avec des plantes et des huiles essentielles pour retomber dans l’approche symptomatique de la médecine classique est dommage. Avoir un approche hollistique est essentiel, pour un soin de qualité qui porte ses fruits.
    Cependant, on ne peut pas négliger l’aspect biochimique des huiles essentielles. Les molécules actives sont bien là, et elles ont une action relativement prédictive et on se doit d’en tenir compte. D’autre part, les contre-indications des huiles essentielles et des plantes sont précisément liées à cette composition biochimique.
    Je pense qu’une formation de qualité doit fournir des connaissances de bases sur la composition biochimique ET les outils nécessaires pour une utilisation hollistique.

    Merci pour tes articles toujours intéressant, ton point de vue clair et ta franchise !

    • Bonjour alexandra
      et merci pour ta remarque.
      Je ne pense pas qu’il faille négliger l’aspect biochimique, cela n’aurait pas de sens. Je suis simplement amusé de voir que des formations pour des particuliers sont proposées en mettant en avant cette dimension là.
      En effet, la composition biochimique est un élément qui peut orienter sur les contre-indications et un praticien professionnel ne peut pas se permettre d’ignorer cette dimension.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.