Le microbiote intestinal : son rôle central dans notre santé

Cet article est lu en 5 minutes, le temps de prendre une petite tisane et une belle respiration ?

L’intestin, notre deuxième cerveau ? Celui qui hier n’était associé qu’à la digestion, est aujourd’hui sur le devant de la scène ! On ne le soupçonnait pas, mais les études l’ont depuis prouvé : le microbiote intestinal joue un rôle déterminant dans notre santé physique et mentale. Qui est-il vraiment et quels rôles joue-t-il ? C’est ce que je vous invite à découvrir dans cet article.

Qu’est-ce que le microbiote intestinal ?

Le microbiote intestinal : définition

Le terme « microbiote intestinal » ou « flore intestinale » désigne l’ensemble des microorganismes présents dans l’intestin… et ils sont nombreux ! De tous les microbiotes du corps humain, celui de l’intestin est le plus peuplé. Il se développe à partir de la naissance. C’est à ce moment-là que notre intestin est colonisé par les microorganismes environnants. Ils investissent les parois de notre estomac, de notre intestin et de notre colon. C’est d’ailleurs dans ce dernier qu’ils sont les plus abondants, car l’oxygène et l’acidité y sont absents. Le microbiote intestinal atteint sa maturité aux alentours de 4 ans. Par la suite, il ne cesse d’évoluer au cours de la vie, au gré de ses rencontres avec des facteurs externes.

De quoi est-il composé ?

Les microbiotes font partie de nous. Ils nous définissent autant que nous les définissons.

La composition du microbiote intestinal est propre à chaque individu. L’écosystème de notre tube digestif contient plus de 100 000 milliards de microorganismes, dont principalement des bactéries. Plus de 1 000 espèces bactériennes composent le microbiote intestinal humain et chacun de nous en héberge près de 200. Les autres microorganismes sont des virus, des parasites et des champignons non pathogènes.

Le terme « bactérie intestinale » ne doit pas prêter à confusion : chez l’être humain en bonne santé, la population bactérienne cohabite harmonieusement avec son hôte. D’ailleurs, nos différents microbiotes contribuent activement à la bonne marche de toutes nos fonctions biologiques. C’est ce qui fait de nous des holobiontes : des êtres qui vivent avec leurs différents microbes, et qui forment un tout avec eux.

Comment en prendre soin ?

L’être humain sait depuis longtemps prendre soin de son microbiote avec les produits naturellement fermentés. La choucroute (ou autres légumes lactofermentés), certains fromages, le kéfir, le pain au levain… sont riches en probiotiques, ces microorganismes vivants bénéfiques pour le microbiote.

Les prébiotiques, eux, sont comme un aliment très sain pour les bactéries intestinales, puisqu’ils favorisent leur croissance et leur efficacité. On les trouve essentiellement dans les fruits et légumes riches en fibres : artichaut, asperges, endives, bananes, ail, oignon, poireau…

Comme vous le savez sans doute, l’utilisation des antibiotiques est un fléau pour le microbiote intestinal humain. Une étude récente démontre qu’ils altèrent l’écologie microbienne intestinale ainsi que les interactions avec le métabolisme de son hôte, encore plus que ce que l’on pensait.

L’alimentation industrielle riche en additifs alimentaires provoque également des modifications négatives et significatives de l’écosystème bactérien intestinal.

Les différents rôles du microbiote intestinal

Un rôle essentiel dans notre digestion, mais pas seulement !

La communauté bactérienne intestinale tient bien entendu une place prépondérante dans le bon fonctionnement de notre tube digestif et de notre digestion.

La recherche scientifique étudie la flore intestinale depuis des dizaines d’années. Si son rôle au sein du système nerveux entérique (celui du système digestif) a vite été mis à jour, c’est plus tard que son influence sur le système nerveux central a été identifiée.

Des outils récents ont permis de découvrir son rôle dans de nombreuses autres fonctions que la sphère digestive : le métabolisme, l’immunité et même les fonctions neurologiques.

À quoi sert le microbiote intestinal dans ces contextes-là ? Découvrons-le.

Microbiote et immunité : un lien étroit

En plus de ses fonctions dans la digestion, le microbiote intestinal est un acteur essentiel de notre immunité : on y trouve 80 % des cellules immunitaires de notre corps !

Le principal rôle du microbiote intestinal est celui d’agent de notre système immunitaire intestinal : il participe à maintenir les populations en présence. Une mauvaise alimentation, le stress et certains traitements médicamenteux peuvent altérer son efficacité.

En permathérapie, l’une des fonctions fondamentales de la vie est la fonction de Régulation. C’est celle du Système Immunitaire. C’est aussi la fonction de nos différents microbiotes. Elle a pour objectif de réguler les différentes populations de l’organisme, qu’elles soient internes ou externes. Le microbiote et le système immunitaire ont un but commun : faire en sorte que tous les microorganismes qui vivent en nous soient en bonne relation et qu’aucun ne prenne le dessus sur l’autre.

L’influence du microbiote intestinal sur notre santé

Aujourd’hui, la recherche reconnait l’importance de rétablir un microbiote intestinal sain. C’est même devenu une approche thérapeutique dans le traitement de certaines maladies cardiovasculaires, neurodégénératives ou encore psychiatriques.

Une étude récente démontre qu’un microbiote intestinal amoindri affecte notre état de bien-être. Les évènements très stressants peuvent créer en nous une dysbiose intestinale : le nombre de bonnes bactéries diminue et celui des mauvaises bactéries augmente. Cette étude prouve que les régimes riches en prébiotiques peuvent permettre d’augmenter les espèces microbiennes intestinales qui réduisent l’impact du stress. Les scientifiques y exposent comment la qualité de notre microbiote peut impacter notre sommeil, notre résistance au stress, et par conséquent notre moral. Ils mettent en avant les bienfaits de l’apport de prébiotiques dans ces situations-là.

Les échanges entre l’intestin et le cerveau

C’est le lien qui fascine le plus. Les cellules nerveuses de notre intestin dialoguent directement avec notre cerveau. En plus de son rôle évident sur le système nerveux de notre ventre, le microbiote agit également sur le système nerveux central. L’intestin est d’ailleurs, après notre cerveau, l’organe qui possède le plus de neurones, d’où son surnom, sans doute un peu excessif, de « deuxième cerveau » !

D’autre part, des chercheurs du CNRS, de l’Institut Pasteur et de l’INSERM ont démontré qu’un microbiote intestinal sain contribue à l’activité de nos fonctions cognitives. En effet, lorsque la composition du microbiote est modifiée par le stress, la population bactérienne change. Cela entraîne la disparition de certains lipides dont ne peut se passer le cerveau. C’est alors que survient l’état dépressif.

Le microbiote intestinal n’a pas fini de faire parler de lui, car la recherche fait chaque jour de nouvelles découvertes. Il est même considéré comme un organe à part entière, car il assure de nombreuses fonctions essentielles à notre survie, au même titre que d’autres organes.

Sources :

Cet article a 2 commentaires

  1. Yolande Beaudry

    Merci Loic pour votre article sur le microbiote intestinal tellement intéressant ! On peut s’inscrire à n’importe quel moment à votre session ?

    1. Loïc

      Merci à vous ☺️🙏

      Les inscriptions à l’immersion Permathérapie, les 24 et 25 septembre 2022, se font actuellement, je ne sais pas si je renouvellerai l’événement. : https://tally.so/r/3xXrKr

      La formation Accorder son Immunité est accessible tout au long de l’année.
      😊

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Loïc

Professionnel de santé, diplômé en masso-kinésithérapie, je m’intéresse aux pratiques de soin centrées sur la personne. Conférencier et formateur, j'exerce depuis plus de 15 ans. J'ai complété mes connaissances par une formation universitaire en Fasciathérapie (4 ans), l'apprentissage de la Microkinésithérapie (3 ans), des Réflexologies (5 ans), du Shiatsu (Minna san do so). L'aromathérapie, l'hydrolathérapie, la gemmothérapie et l'homéopathie sont venues enrichir mon travail pour rendre la personne actrice de son soin et autonome.