Thérapie holistique : décryptage d’une appellation (trop) souvent utilisée

Cet article est lu en 5 minutes, le temps de prendre une petite tisane et une belle respiration ?

Qui n’a pas entendu parler de thérapie holistique ? Dans notre société occidentale, prendre soin de soi en optimisant sa santé morale et physique est de plus en plus courant. Les pratiques holistiques se multiplient, avec pour point commun une approche décrite comme « globale » ou « qui prend en compte le corps et l’esprit ». Dans l’imaginaire collectif, leur ouverture sur les dimensions spirituelles et corporelles de l’individu les oppose à la médecine conventionnelle. Qu’en est-il vraiment et comment s’y retrouver dans ce foisonnement de propositions ? Décryptage.

Comment s’y retrouver dans la multiplication des pratiques holistiques ? Décryptage d’une appellation (trop) souvent utilisée aujourd’hui.

Approche holistique : bien comprendre cette appellation

Ce que l’on retient aisément, c’est qu’une approche holistique prend en compte l’individu dans son ensemble. Mais dans la pratique, qu’est-ce que ça signifie ?

Que veut dire holistique ? Définition

Le mot holistique a pour racine « holos », entier en grec. La théorie de l’holisme considère un phénomène en partant du tout auquel il appartient. On regarde son environnement avant de s’y intéresser de manière isolée. C’est ce que fait la permathérapie lorsqu’elle étudie le terrain de la personne qui souffre d’un désaccordage.

Si on prend une douleur pour exemple, la démarche de la permathérapie est de l’aborder à partir de l’analyse du terrain qui prend en compte l’histoire de la personne, ce qui la caractérise, son environnement social, mais également la relation qu’elle établit avec le soignant et la thérapeutique ainsi que l’impact de la thérapeutique sur l’environnement. L’apaisement de la douleur passe par le réaccordage de la personne avec elle-même mais également avec son biotope.

Une approche holistique a donc un regard global et exhaustif sur l’individu. Elle s’attache à ne rien laisser de côté.

Thérapie holistique : une appellation galvaudée

À travers le monde, les différentes médecines ancestrales se pratiquent depuis toujours de façon holistique. Prendre soin de sa santé en considérant le corps physique et le psychisme n’est pas nouveau. Les médecines traditionnelles comme l’Ayurveda ou la Médecine Chinoise sont d’ailleurs reconnues par l’OMS. Alors pourquoi pense-t-on que ces approches « non conventionnelles » sont essentiellement spirituelles et émotionnelles ?

Probablement parce que de nombreux thérapeutes dits « holistiques » privilégient la dimension spirituelle de l’être humain. On s’imagine alors qu’un praticien holistique soigne l’esprit et laisse la dimension physiologique à la médecine conventionnelle.

Il faut dire que très souvent, en cas de mal-être, les praticiens se concentrent sur notre psychisme. Dans le burn out, le stress ou encore l’épuisement maternel par exemple, ce sont en priorité les causes psychologiques qui sont traitées. Les douleurs physiologiques, les blocages du corps, les expressions physiques du problème sont délaissés pour leur dimension psychologique. La définition de thérapie holistique est pourtant bien thérapie globale.

La permathérapie : un exemple d’approche holistique

Du point de vue de la permathérapie, une thérapie est holistique lorsqu’elle prend en compte le terrain du patient. Le terrain, c’est tout ce que nous sommes. Physiquement, psychiquement, socialement, avec nos points forts et nos points faibles. Le terrain s’étudie par l’observation des 5 Dimensions de la personne :

  • La Dimension Physique

Elle concerne les différentes parties du corps humain : membres, organes, cellules…

  • La Dimension Émotionnelle

Elle désigne les émotions elles-mêmes, mais aussi leurs effets ou leurs répercussions sur le corps et l’esprit (symptômes physiques, pensées et sensations associées…).

  • La Dimension Relationnelle

Elle prend deux formes, à la fois différentes et liées : la relation que l’on entretient avec l’extérieur et celle que l’on nourrit avec nous-même.

  • La Dimension Historique

Elle contient tout ce qui est lié au passé de l’individu. De sa propre histoire à celle de sa famille, en passant par ce qui lui a été transmis par hérédité.

  • La Dimension Spirituelle ou la dimension du Sens

Elle est intrinsèquement liée à l’Homme. L’humain a besoin de réponses à ses questions.

En permathérapie, la prise en compte des 5 Dimensions de la personne ainsi que de ses 4 Contextes vise à harmoniser tout ce que nous sommes afin d’optimiser notre état de santé.

Différentes pratiques sont alors utilisées, selon les besoins identifiés :

  • phytothérapie ;
  • thérapies manuelles ;
  • techniques instrumentales ;
  • thérapie comportementale et cognitive ;
  • hypnose ;
  • cohérence cardiaque ;
  • réflexologie…

La place des thérapies holistiques dans les pratiques de santé

La thérapie holistique considère l’individu dans son entièreté, mais ne soigne pas tout

Ce n’est pas parce que le thérapeute holistique examine l’individu dans sa globalité qu’il soigne tout. Il est attentif à tous les éléments apportés par la personne et les lit au mieux. Il agit ensuite sur ce sur quoi il peut agir ou redirige vers un professionnel qui pourra intervenir. La santé du patient est la priorité !

Il faut donc bien différencier ces deux choses :

  • la capacité à regarder, analyser, comprendre le “tout” et à proposer des outils qui peuvent agir sur l’ensemble ;
  • le fait de tout traiter.

Une approche qui vise l’harmonisation globale

Par cette approche complète de la santé, les pratiques holistiques ont pour intention de déterminer quel sera le traitement le plus efficace. Elles ne se contentent pas d’avoir un effet pansement qui soulage la douleur. Car c’est bien une vision holistique (donc globale) qui amène à comprendre les maux et à les apaiser sur le long terme. Elle écoute les messages du corps, les analyse et les met en lien.

C’est ce qui lui permet de trouver les solutions qui conduisent au réaccordage.

Là où la médecine conventionnelle peut s’attacher à faire disparaître un symptôme, la médecine holistique s’applique à harmoniser le corps, l’esprit et l’environnement de la personne.

Et la médecine conventionnelle dans tout ça ?

On reproche à la médecine allopathique sa tendance à vouloir faire disparaître un symptôme sans s’intéresser à ses multiples origines possibles. Et sans chercher à traiter la cause afin de prévenir la réapparition du symptôme. Les thérapies holistiques n’excluent pas pour autant cette médecine « conventionnelle ».

Les médecines complémentaires et alternatives ont des pratiques et des conceptions variées du soin et des pratiques de santé. L’objectif reste de trouver l’outil qui convient le mieux au terrain de la personne, afin qu’elle retrouve la santé. Lorsque cela s’impose, les médecines holistiques — permathérapie comprise — reconnaissent la nécessité du traitement allopathique.

Vous l’aurez compris, il y a autant d’approches holistiques que de praticiens et de pratiques. Cela n’enlève rien au fait que pour être holistique, une approche doit considérer le corps physique autant que le mental. La philosophie du soin de la permathérapie vous inspire ? Développez ou enrichissez votre pratique en suivant ma formation devenir permathérapeute.

Source :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.