Des bourgeons pour se soigner ? La gemmothérapie

Cet article est lu en 4 minutes, le temps de prendre une petite tisane et une belle respiration ?

La phytothérapie est riche de nombreuses formes d’utilisation de la plante (on parle de galénique). Parmi celles-ci, il en existe une qui, bien que peu développée en France, mérite toute notre attention : la gemmothérapie.

La gemmothérapie, médecine des bourgeons, utilise les macérâts glycériné de bourgeons. Une approche simple et efficace...

Aux origines de la gemmothérapie…

Du terme latin gemme, qui signifie à la fois bourgeon et pierre précieuse en allusion à la stabilité apparente des bourgeons en hiver, elle est aussi appelée médecine des bourgeons. La gemmothérapie utilise exclusivement les bourgeons, les jeunes pousses et les radicelles frais des plantes, arbres et arbustes, c’est-à-dire leur tissus embryonnaires.

Le bourgeon présente à sa base une zone mérismatique constituée de cellules indifférenciées ne créant pas de photosynthèse, se multipliant très rapidement au moment du débourrage. Un méristème peut continuer à croître indéfiniment tant qu’il est en vie. In vitro, il pourra reconstituer le végétal dans son entier.

Au cours des années 1960, le Dr Pol Henry (1918-1988), un médecin belge, s’inspire des découvertes sur les cellules embryonnaires d’origine animale pour jeter les bases de la « phytoembryothérapie ». Il s’agit, selon lui, de mobiliser « les énergies biologiques potentielles » des éléments embryonnaires de la plante, les bourgeons renfermant le potentiel du totum de la plante.

Dix ans plus tard, l’homéopathe Max Tétau rebaptise la « phytoembryothérapie » en « gemmothérapie », appellation aujourd’hui retenue.

La gemmothérapie puise dans la puissance des bourgeons
La gemmothérapie puise dans la puissance des bourgeons

La cueillette est un moment important, elle doit être réalisée au bon moment afin de garantir la qualité de l’extrait. Mis à macérer immédiatement après dans un mélange d’eau, d’alcool et de glycérine, les bourgeons frais vont libérer leurs principes actifs.

Ceux-ci quelle que soit leur capacité de dilution, vont se concentrer dans cette solution, appelée « macérât-mère ». Ce macérât est différent des teintures-mères qui sont des bases alcooliques.

Conservé dans un flacon en verre brun, l’extrait obtenu se conserve relativement bien et vient compléter notre arsenal d’herboristerie.

Une approche, 2 méthodes :

On retrouve deux écoles de pensée quant à la préparation des produits de gemmothérapie. L’une privilégie l’utilisation directe des macérâts, l’autre préconise une dilution préalable, de type homéopathique.

Macérât glycériné mère ou élixir de bourgeon

Le bourgeon frais est mis en macération dans un mélange de solvants alcool/glycérine végétale/eau, de manière que chaque liquide occupe 1/3 du poids total. Après macération et filtration, on obtient le macérât glycériné. Je préfère, de loin, l’appeler élixir de bourgeon !

  • Avantages
    • L’eau est utilisée en tant que solvant. Elle peut alors jouer son rôle dans l’extraction des principes actifs et la « transmission énergétique » du bourgeon.
    • Le taux d’alcool est très faible, de l’ordre de 0,0115g/goutte !
    • Les posologies varient en moyenne de 5 à 15 gouttes par jour. Ce nombre de gouttes est aisé à compter.
  • Inconvénients
    • les molécules actives sont très concentrées, il faut respecter les posologies recommandées.

Macérât glycériné dilué ou macérât 1DH

Protéger les élixir de bourgeons de la lumière
Protéger les élixir de bourgeons de la lumière

Le bourgeon frais est mis en macération dans un mélange de solvant alcool/glycérine végétale sans eau ajoutée. Après macération et filtration, le liquide obtenu, appelé macérât-mère ou macérât glycériné, est dilué 10 fois dans un mélange eau/alcool/glycérine pour obtenir le macérât glycériné D1.

Ainsi, la plupart des laboratoires commercialisent aujourd’hui les extraits de bourgeons sous la forme 1D, c’est-à-dire une solution dix fois plus diluée que le macérât original.

Bien qu’elle s’en inspire, la préparation 1D n’est pas une solution homéopathique qui est réalisée à partir d’une teinture-mère (alcoolique uniquement) et dynamisée.

Comme elles sont plus diluées, ces préparations seraient plus sûres pour les personnes qui pourraient se montrer intolérantes au produit.

  • Avantages
    • La dilution plus importante réduit les risques de surdose.
  • Inconvénients
    • L’eau n’est pas utilisée en tant que solvant. Elle ne peut alors jouer son rôle dans l’extraction des principes actifs
    • Le nombre de gouttes est en fonction de la dilution, il peut atteindre plus d’une centaine par jour
    • La quantité d’alcool ingérée est beaucoup plus importante, ce type de préparation est déconseillée aux femmes enceintes, aux enfants et aux animaux.

Je conseille personnellement les macérâts glycérinés mère dont la simplicité d’utilisation et l’efficacité sont, de mon point de vue, bien supérieurs

Comment utilise-t-on la gemmothérapie en Permathérapie ?

Les élixir de bourgeons s’utilise en cure par voie interne, diluée dans un verre d’eau, seul ou en complexe.

En Permathérapie, on considère que les bourgeons sont globalement de Dynamique Dégradante, c’est-à-dire qu’il facilite l’accordage lorsqu’il y a un excès d’élaboration.

La posologie varie selon le produit. En général, on prend de 5 à 20 gouttes du remède par jour (en une seule dose ou à raison de deux ou trois par jour).

On utilise la gemmothérapie principalement dans des problématiques chroniques ou du moins qui durent dans le temps comme des troubles du sommeil, du système nerveux, du système immunitaire ou encore des problématiques rhumatismales.

bud-1343657_1920

Leurs vertus thérapeutiques varient selon la plante dont ils proviennent : le cassis pour la vitalité, le sapin contre la toux, le tilleul pour ses vertus calmantes et diurétiques ou encore le gingko biloba pour les troubles de la mémoire et de la concentration…

Pour aller plus loin

Si vous souhaitez aller plus loin, je vous propose des portraits dans les Fiches Solution-Phyto, des bourgeons les plus courants :

Laissez-moi vos remarques et questions ci-dessous, j’y répondrais avec plaisir. Je suis là pour vous.

Laissez un commentaire. Je serais ravi de vous répondre t de vous connaître

Cet article a 4 commentaires

  1. Fafou

    Il existe des macérats mère que l’on peut utiliser sans dilution à 1DH aussi. Ils permettent entre autre d’en utiliser dix fois moins pour le même résultat techniquement. La quantité d’alcool n’est pas plus élevée et celle des ures solvants non plus. Cela apporte un côté plus pratique à mon sens.

  2. bgem

    merci de mettre en avant ce style de médecine lié à la gémmothérapie qui à l’air intéressante à exploiter

  3. Aurélie

    Hello Loïc,
    Article et discipline (gemmothérapie) très intéressants!
    Prépares-tu toi même tes élixirs? Dans ce cas, quels solvants ou glycérines végétales utilises-tu? Ou les achètes-tu tout prêts? Dans ce cas, ou peut-on se les procurer, en pharmacie ou sur internet?
    A cette saison les bourgeons sont très nombreux dehors ! Et si on a la possibilité de profiter de leurs bienfaits, à nos casseroles!

    1. Loïc PLISSON

      Jusqu’à peu j’utilisais des élixirs de bourgeon du commerce.
      J’ai commencé à la préparé moi-même. J’affine ma technique avant de la partager

      Pour info, on peut utiliser de la glycérine végétale ou un miel très liquide (comme de l’acacia par exemple).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Loïc

Professionnel de santé, diplômé en masso-kinésithérapie, je m’intéresse aux pratiques de soin centrées sur la personne. Conférencier et formateur, j'exerce depuis plus de 15 ans. J'ai complété mes connaissances par une formation universitaire en Fasciathérapie (4 ans), l'apprentissage de la Microkinésithérapie (3 ans), des Réflexologies (5 ans), du Shiatsu (Minna san do so). L'aromathérapie, l'hydrolathérapie, la gemmothérapie et l'homéopathie sont venues enrichir mon travail pour rendre la personne actrice de son soin et autonome.