Acouphènes : remèdes et traitements naturels

Cet article est lu en 4 minutes, le temps de prendre une petite tisane et une belle respiration ?

Ce petit sifflement persistant dans votre oreille, du simple bourdonnement aux chuintements aigus, en passant par toutes les variations d’intensité et de tonalité. Épuisant lorsqu’ils empêchent de dormir, parasitent les conversations et dégradent lourdement votre qualité de vie. Vous les avez reconnus ? Je parle bien sûr des acouphènes. Permanent, intermittent, temporaire ou variable, l’acouphène peut être localisé dans une oreille (unilatéral) ou envahir les 2 (bilatéral).

Le principal problème est qu’ils ne sont souvent perceptibles que par le patient, pourtant ce sont bien des sons réellement entendus, à la différence des hallucinations. Il n’existe pas de remède général pour les guérir et la médecine allopathique recommande souvent de « faire avec ». Pour un traitement naturel des acouphènes, il est déjà important de les comprendre et de les caractériser : aigus ou véritables douleurs chroniques ? Avec ou sans altération de l’audition ?

Acouphènes : quels traitements naturels pour s'en libérer ?

Traitement naturel des acouphènes par les plantes

Cette gêne sonore plus ou moins handicapante concernerait 10 % de la population adulte dans les pays occidentaux, dont la France. Il est possible de soulager les acouphènes et bruits parasites au quotidien avec les plantes.

Quelles huiles essentielles contre les acouphènes aigus ?

Les acouphènes aigus sont caractérisés par des bruits désagréables d’intensité variable qui apparaissent de façon soudaine. Ils peuvent persister jusqu’à 3 mois, mais il est idéal de réagir avant. En effet, harcelé jour et nuit par les bourdonnements ou un bruit de fond permanent, vous risquez de vivre un véritable enfer.

Plus tôt ils seront traités, plus rapides et simple sera l’accordage.

Vous pouvez mettre en place des solutions naturelles pour atténuer ou faire cesser les acouphènes. S’ils ne semblent pas disparaître seuls au bout de quelques jours, voire semaines, c’est le plus souvent le signe d’une situation d’agitation. Pour le traitement, on va donc aller rechercher l’apaisement avec les huiles essentielles.

  • L’huile essentielle d’immortelle (Helichrysum italicum) apporte un apaisement de la gêne sonore ressentie ;
  • L’huile essentielle de basilic (Ocimum basilicum) calme et détend ce qui va permettre un relâchement des muscles auriculaires propice à la réduction des acouphènes ;
  • L’huile essentielle de patchouli (Pogostemon cablin) apporte un soulagement sur les acouphènes liés à des troubles de la circulation sanguine grâce à ses propriétés circulatoires et drainantes. Pour ceux en lien avec une inflammation de l’oreille, ses propriétés anti-inflammatoires seront les bienvenues.

Une synergie à part égale, avec la même quantité d’huile végétale de tournesol, appliquée sur le pourtour de l’oreille devrait pouvoir calmer les manifestations en quelques jours. Cette application concerne les adultes, je vous invite à vous assurer qu’il n’y ait pas de contre-indications. Veillez à ne pas dépasser 10 jours d’applications.

Si les bourdonnements d’oreilles et bruits de fond vont jusqu’à 12 mois, on parle alors d’acouphènes subaigus et au-delà, d’acouphènes chroniques.

Quels traitements des acouphènes chroniques ou permanents ?

Si les acouphènes sont durablement installés et que vous n’avez comme solutions que d’attendre et de les supporter (ce qui n’est pas vivable au quotidien), certaines préparations de plantes peuvent vous aider à les soulager.

Les plantes à votre rescousse

La petite pervenche ou le ginkgo biloba peuvent être utilisés comme plantes fraiches ou séchées en infusion ou décoction, mais également sous la forme d’alcoolatures pour leur action stimulante :

  • La feuille de ginkgo biloba possède des propriétés de fluidifiant sanguin, reconnues par l’OMS pour lutter contre les symptômes des acouphènes liés à des problèmes de circulation sanguine. Je ne suis pas partisan des extraits standardisés cependant dans le cas du Gingko biloba, ils ont l’avantage d’être plus simple à utiliser sans une supervision. 5 mL d’extrait fluide standardisé 2 fois par jour est un premier dosage pertinent pour un effet aggradant sur le Terrain. Il faudra compter plusieurs semaines avant d’avoir un effet.
  • Les feuilles de petite pervenche aident à rebâtir une microcirculation endommagée et prend soin des vaisseaux et capillaires : en décoction de 5 minutes à raison d’une quinzaine de feuilles par demi-litre d’eau ou en teinture (alcoolature) avec 30 gouttes 3 fois par jour.

Les hydrolats pour soulager les symptômes

Il existe aussi des hydrolats qui vont pouvoir avoir des effets positifs sur les acouphènes :

  • L’hydrolat d’immortelle (et non pas l’huile essentielle cette fois-ci, attention à ne pas confondre les deux) 
  • L’hydrolat de lentisque pistachier active la microcirculation et peut ainsi réduire les effets des acouphènes liés à une mauvaise circulation sanguine.

S’il y a, en plus des différents sons persistants, une altération ou perte d’audition, le recours aux bourgeons, avec la gemmothérapie, permet de faire face à la dégradation constatée. Vous pouvez vous tourner vers le macérât de bourgeon d’aulne glutineux. À raison de 10 gouttes 3 fois par jour, il agit pour limiter la sclérose comme un fluidifiant veineux, adapté aux troubles de la circulation et infections ORL.

Comment éviter les acouphènes ?

Même s’ils peuvent être d’origines variées, il est possible de prévenir l’apparition des acouphènes avant qu’un traitement ne soit nécessaire. Quelques pratiques au quotidien permettent de préserver son harmonie :

  • Faire attention à son apport en magnésium dont l’augmentation permet parfois d’amélioration la situation liée à la présence d’acouphènes.
  • Éviter les bouchons de cérumen dans le conduit auditif qui peuvent être à l’origine d’acouphènes assortis d’une baisse d’audition.
  • Se préserver les traumatismes sonores comme des feux d’artifice ou pétards.
  • S’assurer qu’ils ne sont pas le symptôme d’une maladie. C’est souvent ce que l’on fait lorsque l’on va consulter son ORL.

Pertes auditives, maux de tête, troubles du sommeil, hypersensibilité ou encore hyperacousie : les conséquences des sifflements dans les oreilles et autres acouphènes sont évitables.

Vous avez maintenant toutes les clés en main pour prendre soin de vous au naturel et mettre en place un traitement naturel des acouphènes.

Source :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.